Year-end Planning for Your RRSP, RRIF, and TFSA

A clock, stacks of coins, and a jar full of coins with the word Retirement on it sit on a surface with an un-focused leafy green background.

Most Canadians know that the deadline for making contributions to one’s registered retirement savings plan (RRSP) comes 60 days after the end of the calendar year, around the end of February. There are, however, some circumstances in which an RRSP contribution must (or should) be made by December 31, in order to achieve the desired tax result.

Similarly, most Canadians who have opened a registered retirement income fund (RRIF) are aware that they are required to make a withdrawal of a specified amount from that RRIF each year, with the percentage withdrawal amount based on the RRIF holder’s age – although few are aware of when and how that required withdrawal is calculated.

The rules around tax-free savings accounts (TFSAs) are more flexible, but it is nonetheless the case that advantages can be obtained (and disadvantages avoided) by carefully timing TFSA withdrawals and recontributions based on the calendar year end.

In other words, while the basic rules with respect to contributions to and withdrawals from each of these savings plans are relatively straightforward, there are nonetheless benefits to be received from careful consideration of the detailed rules – and some exceptions from those rules.

What follows is an outline of steps which should be considered, before the end of the 2022 calendar year, by Canadians who have an RRSP, an RRIF, and/or a TFSA – or maybe all three.

Timing of RRSP contributions

WHEN YOU ARE MAKING A SPOUSAL RRSP CONTRIBUTION

Under Canadian tax rules, a taxpayer can make a contribution to a registered retirement savings plan (RRSP) in his or her spouse’s name and claim the deduction for the contribution on his or her own return. When the funds are withdrawn by the spouse, the amounts are taxed as the spouse’s income, at a (presumably) lower tax rate. However, the benefit of having withdrawals taxed in the hands of the spouse is available only where the withdrawal takes place no sooner than the end of the second calendar year following the year in which the contribution is made. Therefore, where a contribution to a spousal RRSP is made in December of 2022, the contributor can claim a deduction for that contribution on his or her return for 2022. The spouse can then withdraw that amount as early as January 1, 2025 and have it taxed in his or her own hands. If the contribution isn’t made until January or February of 2023, the contributor can still claim a deduction for it on the 2022 tax return, but the amount won’t be eligible to be taxed in the spouse’s hands on withdrawal until January 1, 2026. This is an especially important consideration for couples who are approaching retirement who may plan on withdrawing funds in the relatively near future. Even where that’s not the situation, making the contribution before the end of the calendar year will ensure maximum flexibility should an unforeseen need to withdraw funds arise.

WHEN YOU ARE TURNING 71 DURING 2022

Every Canadian who has an RRSP must collapse that plan by the end of the year in which he or she turns 71 years of age – usually by converting the RRSP into an RRIF or by purchasing an annuity. An individual who turns 71 during the year is still entitled to make a final RRSP contribution for that year, assuming that he or she has sufficient contribution room. However, in such cases, the 60-day window for contributions after December 31 is not available. Any RRSP contribution to be made by a person who turns 71 during the year must be made by December 31 of that year. Once that deadline has passed, no further RRSP contributions are possible.

RRIF withdrawals for 2022

Under Canadian law, anyone who has a registered retirement income fund (RRIF) is required to make a minimum withdrawal from that RRIF each year. The amount of the withdrawal is calculated as a specified percentage of the balance in the RRIF at the beginning of the calendar year, with that percentage based on the age of the RRIF holder at that time.

During the second quarter of 2022, the Toronto Stock Exchange experienced a significant loss in value – down by 13.9%. Since required RRIF withdrawal amounts are based on the value of the RRIF at the start of the calendar year, many RRIF holders will, unfortunately, be faced with the prospect of having to make withdrawals from a portfolio whose value has declined since the beginning of 2022. While there is no way of avoiding the requirement to withdraw that minimum amount from one’s RRIF, and to pay tax on the amount withdrawn, taxpayers who do not have immediate need of such funds can consider contributing those amounts to a TFSA. Where that is done, the funds can be invested and continue to grow, and neither the original contribution nor the investment gains will be taxable when the funds are withdrawn from the TFSA.

Planning for TFSA withdrawals and contributions

Each Canadian aged 18 and over can make an annual contribution to a tax-free savings account (TFSA) – the maximum contribution for 2022 is $6,000. As well, where an amount previously contributed to a TFSA is withdrawn from the plan, that withdrawn amount can be re-contributed, but not until the year following the year of withdrawal.

Consequently, it makes sense, where a TFSA withdrawal is planned (or the need to make such a withdrawal might arise) within the next few months, to make that withdrawal before the end of the calendar year. A taxpayer who withdraws funds from his or her TFSA on or before December 31, 2022 will have the amount which is withdrawn added to his or her TFSA contribution limit for 2023, which means it can be re-contributed, where finances allow, as early as January 1, 2023. If the same taxpayer waits until January of 2023 to make the withdrawal, he or she won’t be eligible to replace the funds withdrawn until 2024.

The approach of the calendar year end doesn’t usually prompt Canadians to consider the details of making contributions to an RRSP or withdrawals from a TFSA or a RRIF. There is, however, no flexibility in the deadlines for taking such actions, and considering what steps may be needed or advisable now means one less thing to remember as the December 31 deadline nears.


La planification de fin d’année pour votre REER, votre FERR et votre CELI

La plupart des Canadiens et Canadiennes savent que la date limite pour les cotisations au régime enregistré d’épargne-retraite (REER) est 60 jours après la fin de l’année civile, soit vers la fin du mois de février. Toutefois, dans certaines circonstances, les cotisations au REER doivent (ou devraient) être effectuées au plus tard le 31 décembre afin d’obtenir les résultats fiscaux escomptés.

De même, la plupart des Canadiens qui ont ouvert un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) savent qu’ils doivent retirer un montant déterminé de ce FERR chaque année, le pourcentage du montant du retrait étant établi en fonction de l’âge du détenteur du FERR, mais peu savent quand et comment ce retrait obligatoire est calculé.

Les règlements qui régissent les CELI sont plus souples, mais il demeure néanmoins que l’on peut bénéficier de certains avantages (et éviter les désavantages) en planifiant à quel moment retirer des fonds du CELI ou recommencer à y verser des cotisations, selon la date de fin d’année civile.

En d’autres mots, bien que les règles de base à l’égard des cotisations et des retraits à l’égard de ces plans de retraite soient relativement simples, il est cependant avantageux de considérer les règles détaillées attentivement – ainsi que quelques exceptions à ces règles.

Ce qui suit est un résumé des points à considérer avant la fin de l’année civile 2022 par les Canadiens qui ont un REER, un FERR et/ou un CELI, ou même les trois.

Le moment de cotiser à un REER

LORSQUE VOUS COTISEZ AU REER D’UN CONJOINT

En vertu des règles fiscales canadiennes, un contribuable peut cotiser à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) au nom de son conjoint et demander une déduction pour la cotisation dans sa propre déclaration. Lorsque les fonds sont retirés par le conjoint, les montants sont imposés comme s’il s’agissait du revenu du conjoint, à un taux d’imposition (vraisemblablement) réduit. Cependant, on peut seulement profiter de l’avantage de faire imposer les retraits au nom du conjoint lorsque les retraits sont effectués au plus tôt à la fin de la deuxième année civile suivant l’année durant laquelle la cotisation est faite. Par conséquent, lorsqu’une cotisation au REER du conjoint est faite en décembre 2022, le cotisant peut demander une déduction pour cette cotisation dans sa déclaration de 2022. Le conjoint peut par la suite retirer ce montant dès le 1er janvier 2025 et se le faire imposer. Si la cotisation n’est pas faite avant janvier ou février 2023, le cotisant peut quand même demander une déduction pour cette cotisation dans la déclaration de 2022, mais le montant du retrait ne pourra pas être imposé au nom du conjoint avant le 1er janvier 2026. Il s’agit d’un élément important pour les couples approchant la retraite qui pourraient planifier de retirer des fonds dans un avenir relativement rapproché. Même si ce n’est pas le cas, effectuer la cotisation avant la fin de l’année civile assurera une flexibilité maximale dans le cas où il y aurait un besoin imprévu de retirer des fonds.

LORSQUE VOUS ATTEIGNEZ L’ÂGE DE 71 ANS EN 2022

Tout Canadien qui possède un REER doit liquider ce régime avant la fin de l’année durant laquelle il atteint l’âge de 71 ans, normalement en convertissant le REER en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou en achetant une rente. Une personne qui atteint l’âge de 71 ans pendant l’année peut faire une dernière cotisation à son REER pour l’année, en supposant qu’il dispose de suffisamment de droits de cotisation. Cependant, dans de tels cas, la période de 60 jours pour les cotisations après le 31 décembre n’est pas offerte. Toute cotisation à un REER par une personne qui atteint l’âge de 71 ans dans l’année doit être faite au plus tard le 31 décembre de cette même année. Une fois ce délai passé, il n’est plus possible de faire de cotisation à un REER.

Retraits d’un FERR pour 2022

Selon la législation canadienne, quiconque détient un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) est tenu de faire un retrait minimal dans celui-ci chaque année. Le montant du retrait est calculé comme un pourcentage déterminé du solde du FERR au début de l’année civile, ce pourcentage étant basé sur l’âge du titulaire du FERR à ce moment-là.

Au cours du deuxième trimestre de 2022, la Bourse de Toronto a subi une importante perte de valeur – une chute de 13,9 %. Étant donné que le montant des retraits du FERR est basé sur la valeur du FERR au début de l’année civile, bon nombre de détenteurs de FERR ont été malheureusement confrontés à la perspective de devoir effectuer des retraits d’un portefeuille dont la valeur avait chuté depuis le début 2022. Bien qu’il n’y ait aucun moyen d’éviter l’obligation de retirer un montant minimum de son FERR et de payer de l’impôt sur le montant retiré, les contribuables qui n’ont pas un besoin immédiat de ces fonds peuvent envisager de verser ces montants dans un compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Dans ce cas, les fonds peuvent être investis et continuer à croître, et ni la cotisation initiale ni les gains d’investissement ne seront imposables lorsque les fonds seront retirés du CELI.

Planifier les retraits d’un CELI et les cotisations à un CELI

Tous les Canadiens âgés de 18 ans ou plus peuvent faire une cotisation annuelle à un compte d’épargne libre d’impôt (CELI). La cotisation maximale pour 2022 est de 6 000 $. De plus, si un montant auparavant cotisé est retiré du régime, ce montant retiré peut être recotisé, mais pas avant l’année suivant l’année du retrait.

Par conséquent, lorsqu’un retrait d’un CELI est prévu (ou qu’un tel retrait doit être effectué) au cours des prochains mois, il est logique d’effectuer ce retrait avant la fin de l’année civile. Un contribuable qui retire des fonds de son CELI avant le 31 décembre 2022 verra ce retrait additionné à sa limite de cotisation pour 2023, ce qui veut dire que ce montant peut être recotisé, si ses finances le permettent, dès le 1er janvier 2023. Si ce contribuable attend jusqu’en janvier 2023 pour effectuer ce retrait, il ne pourra pas recotiser les fonds retirés avant 2024.

L’approche de la fin de l’année civile ne pousse généralement pas les Canadiens à réfléchir aux détails des cotisations à un REER ou des retraits d’un CELI ou d’un FERR. Les dates limites pour accomplir de telles actions sont toutefois immuables et prendre le temps d’effectuer les étapes nécessaires maintenant vous procurera une tranquillité d’esprit à l’approche de l’échéance du 31 décembre.

Skip to content