What’s New on the Tax Return for 2022?

The government of Canada logo with a teal coloured maple leaf.

The obligation to complete and file a tax return – and to pay any balance of taxes owed – recurs each spring with what probably seems to many taxpayers to be annoying regularity. That said, however, the T1 General tax return form which must be completed and filed each year by individual Canadian taxpayers is never exactly the same from one year to the next.

Some of the changes found in each year’s T1 are the result of the indexing of many aspects of our tax system, as income brackets and tax credit amounts are increased to reflect the rate of inflation during the previous year. Other changes, however, arise from the introduction by the federal government of new deductions or credits, changes to the existing rules which govern the availability and amount of such deductions or credits, and, inevitably, the end of some tax credit programs.

This year, most of the changes to be found on the return for 2022 are of a targeted nature, affecting taxpayers who claim specific types of deductions or credits based on their personal or family circumstances. What follows is a summary of those changes which taxpayers will find on the return for 2022, as outlined by the Canada Revenue Agency (CRA) in its Guide to the 2022 return form.

First Time Home Buyer’s Tax Credit

The purchase of one’s first home is a milestone in anyone’s life, but also likely (especially in recent years) one of the most difficult milestones to accomplish. Assistance in that process is provided through the federal government’s First Time Home Buyers’ Tax Credit (FTHBTC).

As the name implies, the FTHBTC is a tax credit available to first-time home buyers in Canada. The “first-time home buyer” criterion is, however, somewhat misleading, in that the credit can be claimed by anyone who did not own a home in Canada during the current year or any of the previous four years. For 2022, then, anyone who was not a homeowner during 2018, 2019, 2020, 2021, or 2022, but then purchased a home in 2022, may qualify as a first-time home buyer for purposes of the credit.

Those who qualify and who purchase a qualifying home (which includes most kinds of housing in Canada, including detached, semi-detached, and condominium properties) could, for 2021 and previous tax years, claim a non-refundable tax credit of $750. For 2022 and subsequent years, the amount of that tax credit is doubled, to $1,500.

The non-refundable nature of the credit means that it can only be used to reduce federal tax otherwise payable, and cannot create or increase a tax refund. However, where a home has been purchased by two spouses, the total credit claim can be split, in any proportion, between the two of them.

Detailed information on the First Time Home Buyers’ Tax Credit for 2022 is available on the CRA website at  https://www.canada.ca/en/revenue-agency/services/tax/individuals/topics/about-your-tax-return/tax-return/completing-a-tax-return/deductions-credits-expenses/line-31270-home-buyers-amount.html.

Home Accessibility Tax Credit

Most Canadians want to “age in place” – that is, to remain in the family home for as long as possible. In many cases, as homeowners age, changes to the layout or facilities in their homes must be made for the home to continue to be both safe and convenient. That often means renovations, which can range in cost from hundreds to tens of thousands of dollars. Some of that cost can be offset by claiming the federal Home Accessibility Tax Credit (HATC), and the amount of expenditure eligible for that credit has doubled for 2022.

The criteria which determine the eligibility of a particular expense are extremely broad, as any “home renovation or alteration expenses of an enduring nature that allow a qualifying individual to gain access to, or to be mobile or functional within the eligible dwelling or reduce the risk of harm to the qualifying individual within the dwelling or in gaining access to the dwelling” can qualify for the credit. And, for purposes of the credit, a qualifying individual is anyone who is over the age of 65 or who is eligible to claim the disability tax credit.

The range of expenses which qualify for the HATC can be anything from grab bars installed in a shower or bath, to a staircase chairlift or a full-scale renovation done to permit an individual to live on one floor of a dwelling. The HATC is particularly flexible in that it may be claimed by other family members who live in the same dwelling as the senior or disabled individual, where qualifying expenses are incurred for changes to that dwelling.

The actual amount of the HATC which can be claimed is 15% of qualifying expenses incurred. Prior to 2022, the maximum amount of expenses which could be claimed for purposes of the HATC in a particular calendar year was $10,000. For 2022 and subsequent years, that amount is doubled, to $20,000, meaning that the maximum credit which can be obtained is $3,000.

The HATC is a non-refundable credit (meaning that it can only reduce federal tax otherwise payable, and cannot create or increase a refund), but claims for the HATC in a year can be split among individuals who are eligible to claim the credit, in any proportions.

More information on the HATC for 2022 can be found on the CRA website at https://www.canada.ca/en/revenue-agency/services/tax/individuals/topics/about-your-tax-return/tax-return/completing-a-tax-return/deductions-credits-expenses/line-31285-home-accessibility-expenses.html

Claims for the Disability Tax Credit

Canadians whose lives are significantly restricted by disability or ill health may be able to claim the Disability Tax Credit (DTC). The rules governing eligibility for the credit are detailed and sometimes complex and an individual must, in order to claim the credit, obtain certification from the CRA with respect to their eligibility. The credit is a significant one, in that a claim for the DTC will, for 2022, reduce federal tax payable by $1330.50.

One of the criteria which applies to determine whether an individual will be eligible for the DTC is the need to undergo what is termed “life-sustaining” therapy for a specified amount of time each week. A change to the tax rules provides that an individual who is diagnosed with type 1 diabetes is automatically considered to be someone who has met the requirement for “life-sustaining” therapy; such individuals could, therefore qualify for the DTC.

Taxpayers who may be affected by this change should note that obtaining authorization from the CRA to claim the DTC is lengthy process and that, without such authorization in place, any claim for the DTC on the annual return will be disallowed. It will not, therefore, be possible for a person with type 1 diabetes to claim the DTC on the return for 2022 unless they have already received authorization from the CRA as a person who qualifies for that credit. Such individuals would, however, be well advised to begin the process of receiving such authorization, so as to enable a claim for the DTC on the return for 2023 to be filed next spring. Detailed information on how to do so can be found on the CRA website at https://www.canada.ca/en/revenue-agency/services/tax/individuals/segments/tax-credits-deductions-persons-disabilities/disability-tax-credit.html.

Medical Expense Tax Credit

While our publicly-funded health care system covers many types of medical expenses incurred by Canadians, there is nonetheless a long (and growing) list of expenses which must be paid on an out-of-pocket basis. Where that’s the case, a medical expense tax credit (METC) can be claimed on the annual return to help offset the impact of medical expenses incurred, where such expenses are deemed to be eligible for that credit.

One of the most costly medical procedures which is not always covered by government health care plans is treatment for infertility and/or surrogacy arrangements. Beginning with the 2022 tax year, such expenses are considered to be qualified expenses for purpose of the medical expense tax credit. Or, as described by the CRA:

… the list of eligible medical expenses has been expanded to include amounts paid to fertility clinics and donor banks in Canada to obtain donor sperm or ova to enable the conception of a child by the individual, the individual’s spouse or common-law partner, or a surrogate mother on behalf of the individual. In addition, certain expenses incurred in Canada for a surrogate or donor are considered medical expenses of the individual.

Individuals who have incurred such expenses and intend to make a claim for the METC should remember that there is a limit on the amount of expenses which can be claimed. As is the case for all medical expenses claimed for purpose of the METC, any claim is limited to the amount of eligible expenses incurred which, for 2022, exceeds either 3% of the taxpayer’s net income for the year or $2,479, whichever is less.

Information on the types of expenses related to infertility treatment and surrogacy which may now be claimed as medical expenses can be found on the CRA website in an extensive listing of eligible medical expense, at https://www.canada.ca/en/revenue-agency/services/tax/individuals/topics/about-your-tax-return/tax-return/completing-a-tax-return/deductions-credits-expenses/lines-33099-33199-eligible-medical-expenses-you-claim-on-your-tax-return/details-medical-expenses.html#frtlty.


Nouveautés relatives à la déclaration de revenus pour l’année 2022 (mars 2023)

L’obligation de remplir et de produire une déclaration de revenus – et de payer tout solde d’impôt dû – revient chaque printemps à un rythme qui peut agacer de nombreux contribuables. Cela dit, toutefois, le formulaire de déclaration de revenus T1 général qui doit être rempli et produit chaque année par les contribuables canadiens n’est jamais exactement le même d’une année à l’autre.

Certains des changements apportés à la déclaration T1 de chaque année découlent de l’indexation de nombreux aspects de notre système fiscal, alors que les montants liés aux tranches de revenu et aux crédits d’impôt sont revus à la hausse afin de refléter le taux d’inflation de l’année précédente. Cependant, d’autres changements surviennent en raison de l’introduction par le gouvernement fédéral de nouvelles déductions ou de nouveaux crédits, de la modification des règles existantes qui régissent la disponibilité et le montant de ces déductions ou ces crédits et, inévitablement, de la fin de certains programmes de crédits d’impôt.

Cette année, la plupart des changements qui figurent dans la déclaration de 2022 sont de nature ciblée et touchent les contribuables qui demandent des types spécifiques de déductions ou de crédits en fonction de leur situation personnelle ou familiale. Voici un résumé des changements qui sont apportés à la déclaration de 2022, tels que décrits par l’Agence du revenu du Canada (ARC) dans son guide relatif au formulaire de déclaration de 2022.

Crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation

L’achat d’une première maison constitue un jalon dans la vie de toute personne, mais il s’agit probablement (surtout ces dernières années) de l’un des plus difficiles à atteindre. Le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation (CIAPH) offert par le gouvernement fédéral apporte de l’aide dans le cadre de ce processus.

Comme le nom l’indique, le CIAPH est un crédit d’impôt offert aux acheteurs d’une première maison au Canada. Le critère visant les « acheteurs d’une première maison » prête toutefois à confusion, car le crédit peut être demandé par toute personne qui n’a pas été propriétaire d’une maison au Canada pendant l’année en cours ou l’une des quatre années précédentes. Ainsi, pour l’année 2022, toute personne qui n’était pas propriétaire en 2018, 2019, 2020, 2021 ou 2022, mais qui a ensuite acheté une maison en 2022, peut être admissible à titre d’acheteur d’une première maison aux fins du crédit.

Ceux qui y sont admissibles et qui achètent une habitation admissible (soit la plupart des types d’habitation au Canada, y compris les maisons individuelles, les maisons jumelées et les habitations en copropriété) pourraient, pour 2021 et les années d’imposition précédentes, demander un crédit d’impôt non remboursable de 750 $. Pour l’année 2022 et les années subséquentes, le montant de ce crédit d’impôt est doublé et passe à 1 500 $.

La nature non remboursable du crédit fait en sorte qu’il ne peut être utilisé que pour réduire l’impôt fédéral qui serait autrement à payer et ne peut pas donner lieu à un remboursement d’impôt ni l’augmenter. Toutefois, lorsqu’une maison a été achetée par deux conjoints, le montant total du crédit demandé peut être réparti, dans n’importe quelle proportion, entre ceux-ci.

Des renseignements détaillés sur le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation pour l’année 2022 se trouvent sur le site Internet de l’ARC : Ligne 31270 – Montant pour l’achat d’une habitation (canada.ca).

Crédit d’impôt pour l’accessibilité domiciliaire

La plupart des Canadiens souhaitent « vieillir chez eux », soit demeurer dans la maison familiale le plus longtemps possible. Dans de nombreux cas, à mesure que les propriétaires vieillissent, des changements doivent être apportés à la disposition ou aux installations de leur logement pour que celui-ci soit toujours sécuritaire et pratique. Cela implique souvent des rénovations, dont les coûts peuvent varier de quelques centaines à plusieurs dizaines de milliers de dollars. Une partie de ces coûts peut être compensée en demandant le crédit d’impôt pour l’accessibilité domiciliaire (CIAD), et le montant des dépenses admissibles à ce crédit a doublé pour 2022.

Les critères qui déterminent l’admissibilité d’une dépense particulière sont extrêmement larges, puisque toutes les « dépenses de rénovation ou de modification du logement de nature durable qui permettent à un particulier déterminé d’avoir accès au logement admissible, de s’y déplacer ou d’y accomplir les tâches de la vie quotidienne, ou qui réduisent le risque que le particulier déterminé se blesse à l’intérieur du logement ou en y accédant » peuvent donner droit au crédit. Aux fins du crédit, un particulier admissible est toute personne âgée de plus de 65 ans ou qui est admissible au crédit d’impôt pour personnes handicapées.

Les dépenses admissibles au CIAD sont très variées, allant de l’installation de barres d’appui dans une douche ou une baignoire à l’installation d’un fauteuil élévateur d’escalier, en passant par une rénovation complète permettant à une personne de vivre sur un seul étage d’un logement. Le CIAD est particulièrement flexible dans la mesure où les autres membres de la famille qui vivent dans le même logement que la personne âgée ou handicapée peuvent en faire la demande si les dépenses admissibles sont engagées pour des changements dans ce logement.

Le montant réel du CIAD qui peut être réclamé est de 15 % des dépenses admissibles engagées. Avant 2022, le montant maximal des dépenses pouvant être réclamé aux fins du CIAD au cours d’une année civile donnée était de 10 000 $. Pour l’année 2022 et les années subséquentes, ce montant est doublé, passant à 20 000 $, ce qui implique que le crédit maximal qui peut être obtenu est de 3 000 $.

Le CIAD est un crédit non remboursable (ce qui signifie qu’il ne peut que réduire l’impôt fédéral qui serait autrement à payer et ne peut pas donner lieu à un remboursement ni l’augmenter), mais les demandes de ce crédit effectuées au cours d’une année donnée peuvent être réparties entre les personnes qui y sont admissibles, et ce, dans n’importe quelle proportion.

De plus amples renseignements au sujet du CIAD pour l’année 2022 se trouvent sur le site Internet de l’ARC : Ligne 31285 – Dépenses pour l’accessibilité domiciliaire (canada.ca).

Demander le crédit d’impôt pour personnes handicapées

Les Canadiens dont le quotidien est considérablement limité en raison d’un handicap ou d’une mauvaise santé peuvent avoir droit au crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH). Les règles régissant l’admissibilité au crédit sont détaillées et parfois complexes, et un particulier doit, pour pouvoir demander le crédit, obtenir une attestation de l’ARC quant à son admissibilité. Le crédit est considérable; toute demande du CIPH réduira l’impôt fédéral à payer de 1 330,50 $ pour l’année 2022.

L’un des critères qui s’appliquent pour déterminer si un particulier a droit au CIPH est la nécessité de recevoir ce que l’on appelle des « soins thérapeutiques essentiels », et ce, pour une période précise à chaque semaine. Une modification des règles fiscales prévoit qu’un particulier à qui l’on a diagnostiqué un diabète de type 1 est automatiquement considéré comme ayant satisfait à l’exigence relative aux « soins thérapeutiques essentiels »; par conséquent, de tels particuliers pourraient être admissibles au CIPH.

Les contribuables qui pourraient être touchés par ce changement doivent savoir que le processus d’obtention de l’autorisation de l’ARC pour demander le CIPH est long et que, sans cette autorisation, toute demande liée au CIPH dans la déclaration annuelle sera rejetée. Par conséquent, une personne atteinte de diabète de type 1 ne pourra pas demander le CIPH dans sa déclaration de 2022, à moins d’avoir déjà reçu l’autorisation de l’ARC en tant que personne ayant droit à ce crédit. Ces particuliers auraient toutefois intérêt à entamer le processus d’obtention de ladite autorisation, et ce, afin de pouvoir demander le CIPH dans leur déclaration de 2023 qui sera produite au printemps prochain. Des renseignements détaillés sur la manière de procéder se trouvent sur le site Internet de l’ARC : Crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH) (canada.ca).

Crédit d’impôt pour frais médicaux

Bien que notre système de santé public couvre de nombreux types de frais médicaux engagés par les Canadiens, une longue liste (croissante) de frais doivent néanmoins être payés de leur poche. Lorsque c’est le cas, le crédit d’impôt pour frais médicaux (CIFM) peut être demandé dans la déclaration annuelle pour aider à pallier les effets des frais médicaux engagés lorsque ces frais sont réputés être admissibles à ce crédit.

Parmi les procédures médicales les plus coûteuses qui ne sont pas toujours couvertes par les régimes publics d’assurance maladie figure le traitement de l’infertilité et/ou les accords de maternité de substitution. Depuis l’année d’imposition 2022, ces dépenses sont considérées comme des dépenses admissibles aux fins du crédit d’impôt pour frais médicaux. Comme le décrit l’ARC :

… la liste de frais médicaux admissibles a été élargie pour y inclure les montants versés aux cliniques de fertilité et aux banques de donneurs au Canada afin d’obtenir des dons de spermatozoïdes ou d’ovules qui permettront au particulier, à son époux ou à son conjoint de fait de concevoir un enfant, ou de recourir à une mère porteuse au nom du particulier. De plus, certaines dépenses à l’égard d’une mère porteuse ou d’un donneur sont considérées comme des frais médicaux du particulier.

Les particuliers qui ont engagé de telles dépenses et qui ont l’intention de demander le CIFM doivent se rappeler que le montant des dépenses pouvant être réclamé est limité. Comme c’est le cas pour tous les frais médicaux réclamés aux fins du CIFM, toute demande est limitée au montant des dépenses admissibles engagées qui, pour l’année 2022, dépasse soit 3 % du revenu net du contribuable pour l’année, soit 2 479 $, le montant le moins élevé étant retenu.

Des renseignements sur les types de dépenses liées au traitement de l’infertilité et à la maternité de substitution qui peuvent maintenant être réclamées à titre de frais médicaux sont présentés dans une liste exhaustive des frais médicaux admissibles qui se trouve sur le site Internet de l’ARC : Détails des frais médicaux – Procédures liées à la fertilité (canada.ca).