What To Do When You Can’t Pay Your Tax Bill

A cartoon depiction of a man, holding a bag labelled Income, running away from a paper with arms and legs with the word Tax on it

Fortunately for the Canadian taxpayer, most individual income tax returns filed result in the payment of a tax refund to the tax filer. Notwithstanding, a significant number of taxpayers find, on completing the annual tax return, that money is owed to the Canada Revenue Agency. Of the returns for the 2022 tax year that were filed between mid-February and mid-March this year, over half a million taxpayers found themselves in that position. It’s likely, as well, that those who owe money on filing aren’t eager to file early, and so the number of taxpayers who must pay a tax balance for 2022 will almost certainly increase significantly between now and the payment deadline of May 1, 2023.

While receiving a refund is the best possible outcome, the worst-case scenario for all taxpayers is to find out that they are faced with a large tax bill and an imminent payment deadline, and that they just don’t have the money to make the required payment by that deadline. Right now, many Canadians are already living with significant financial constraints, as they cope with both inflationary increases in the cost of household goods (especially groceries) and the impact of eight successive increases in interest rates since this time last year.

For the many Canadians who don’t have the means to pay a tax bill out of existing resources, that can mean borrowing the needed funds. And, while that will mean paying interest on the borrowing, the interest cost incurred will likely be less than that which would be levied by the Canada Revenue Agency on the unpaid tax bill.

Where, however, a tax bill can’t be paid in full out of either current resources or available credit, the Canada Revenue Agency is open to making a payment arrangement with the taxpayer. While, like most creditors, the CRA would rather get paid on time and in full, its ultimate goal is to collect the full amount of taxes owed. Consequently, the Agency provides taxpayers who simply can’t pay their bill for the year on time and in full with the option of paying an amount owed over time, through a payment arrangement.

There are two avenues available to taxpayers who want to propose a payment arrangement with the CRA. The first is a call to the Agency’s automated TeleArrangement service at 1-866-256-1147. When making such a call, it is necessary for the taxpayer to provide his or her social insurance number, date of birth, and the amount entered on line 15000 of the last tax return for which the taxpayer received a Notice of Assessment. For taxpayers who are up to date on their tax filings, that will be the Notice of Assessment for the return for the 2021 tax year. The TeleArrangement Service is available Monday to Friday, from 7 a.m. to 10 p.m., Eastern time.

Taxpayers who would rather speak directly to a CRA employee can call the Agency’s debt management call centre at 1-888-863-8657 or can complete an online form (available at https://apps.cra-arc.gc.ca/ebci/iesl/showClickToTalkForm.action) requesting a callback from a CRA agent.

No matter what payment arrangement is made, the CRA will levy interest charges on any amount of tax owed for the 2022 tax year which is not paid on or before May 1, 2023. Interest charges levied by the CRA tend to add up quickly, for two reasons. First, the interest rate charged by the CRA on outstanding tax amounts is, by law, higher than current commercial rates – the rate which will be charged from April 1 to June 30, 2023 is 9.0%. Second, interest charges levied by the CRA are compounded daily, meaning that each day interest is levied on the previous day’s interest charges. It is for these reasons that a taxpayer is, where at all possible, likely better off arranging private borrowing in order to pay any taxes owing by the May 1 deadline.

Finally, regardless of the taxpayer’s financial circumstances, there is one strategy which is always ill-advised. Taxpayers who can’t pay their tax bill by the deadline sometimes conclude that there is no point in filing if payment can’t be made. Those taxpayers are wrong. Where an amount of tax is owed and the return isn’t filed on time, there is an immediate tax penalty imposed of 5% of the outstanding tax amount – and interest charges start accruing on that penalty amount (as well as on the outstanding tax balance) immediately. For each full month that the return isn’t filed, a further penalty of 1% of the outstanding tax amount is charged, to a maximum of 12 months. Higher penalty amounts are charged, for a longer period, where the taxpayer has incurred a late-filing penalty within the past three years. In all cases, no matter what the circumstances, the right answer is to file one’s tax return on time. This year, for most taxpayers, that means filing on or before Monday May 1, 2023. For self-employed taxpayers (and their spouses) the filing deadline is Thursday June 15, 2023. However, for all taxpayers, the payment deadline for all 2022 income tax amounts owed is Monday May 1, 2023.

Detailed information on the options available to taxpayers who can’t pay their taxes on time and in full can be found on the CRA website at https://www.canada.ca/en/revenue-agency/services/payments-cra/individual-payments.html.


Lorsque vous ne pouvez pas payer vos impôts à temps

Heureusement pour les contribuables du Canada, la plupart des déclarations de revenus des particuliers donnent lieu à un remboursement d’impôt au déclarant. Néanmoins, un nombre important de contribuables constatent, en remplissant leur déclaration de revenus annuelle, que cette somme est due à l’Agence du revenu du Canada. Sur les déclarations de revenus pour l’année d’imposition 2022 qui ont été produites entre la mi-février et la mi-mars de cette année, plus d’un demi-million de contribuables se sont retrouvés dans cette situation. De plus, il est probable que celles et ceux qui doivent de l’argent au moment de produire leur déclaration ne sont pas impatients de produire leur déclaration plus tôt. Par conséquent, le nombre de contribuables qui doivent payer un solde d’impôt pour 2022 augmentera presque certainement considérablement d’ici la date limite de paiement du 1er mai 2023.

Bien que le remboursement soit le meilleur résultat possible, le pire scénario pour tous les contribuables est de découvrir qu’ils ont une facture d’impôt d’importance doublée d’une date limite de paiement imminente, et qu’ils n’ont tout simplement pas l’argent pour effectuer le paiement requis avant cette date limite. À l’heure actuelle, de nombreux Canadiens vivent déjà avec d’importantes contraintes financières, car ils doivent composer avec les augmentations inflationnistes du coût des articles ménagers (en particulier l’épicerie) et l’incidence de huit hausses successives des taux d’intérêt depuis la même période l’an dernier.

Pour les nombreux Canadiennes et Canadiens qui n’ont pas les moyens de payer des impôts à même leurs ressources existantes, cela peut vouloir dire emprunter les fonds nécessaires. Et bien que cela signifie payer des intérêts sur l’emprunt, les frais d’intérêt encourus seront probablement inférieurs à ceux qui seraient perçus par l’Agence du revenu du Canada sur la facture d’impôt impayée.

Toutefois, lorsqu’une facture d’impôt ne peut pas être entièrement payée à partir des ressources actuelles ou du crédit disponible, l’Agence du revenu du Canada est disposée à conclure une entente de paiement avec le contribuable. Bien que, comme la plupart des créanciers, l’ARC préfère recevoir un paiement à temps et en totalité, son objectif final est de percevoir le plein montant des impôts dus. Par conséquent, l’Agence offre aux contribuables qui ne peuvent tout simplement pas payer leur facture pour l’année à temps et en entier la possibilité de payer un montant dû au fil du temps, au moyen d’une entente de paiement.

Pour les contribuables, il existe deux possibilités s’ils veulent conclure une entente de paiement avec l’ARC. Le premier est de contacter le service automatisé TéléArrangement de l’Agence en composant le 1 866 256-1147. Lorsqu’il fait un tel appel, le contribuable doit fournir son numéro d’assurance sociale, sa date de naissance et le montant inscrit à la ligne 15000 de la dernière déclaration de revenus pour laquelle il a reçu un avis de cotisation. Pour les contribuables dont les déclarations de revenus sont à jour, il s’agira de l’avis de cotisation pour la déclaration pour l’année d’imposition 2021. Le service TéléArrangement est offert du lundi au vendredi, de 7 h à 22 h, heure de l’Est.

Les contribuables qui préfèrent parler directement à un employé de l’ARC peuvent appeler le Centre d’appels de la gestion des créances de l’Agence au 1-888-863-8657 ou remplir un formulaire en ligne (disponible à l’adresse Formulaire pour le service de rappel automatisé ) pour demander qu’un agent de l’ARC les rappelle.

Peu importe l’entente de paiement conclue, l’ARC prélèvera des frais d’intérêt sur tout montant d’impôt dû pour l’année d’imposition 2022 qui n’est pas payé au plus tard le 1er mai 2023. Les frais d’intérêt perçus par l’ARC ont tendance à s’accumuler rapidement, pour deux raisons. Premièrement, le taux d’intérêt facturé par l’ARC sur les montants d’impôt impayés est, en vertu de la loi, plus élevé que les taux commerciaux actuels – le taux qui sera facturé du 1er avril au 30 juin 2023 est de 9,0 %. Deuxièmement, les frais d’intérêt perçus par l’ARC sont composés quotidiennement, ce qui signifie que des intérêts sont prélevés chaque jour sur les frais d’intérêt de la veille. C’est pour ces raisons qu’il est, dans la mesure du possible, plus avantageux pour un contribuable de contracter un emprunt privé afin de payer les impôts exigibles avant la date limite du 1er mai.

Enfin, peu importe la situation financière du contribuable, il y a une stratégie qui est toujours mal avisée. Les contribuables qui ne peuvent pas payer leurs impôts avant la date limite en arrivent parfois à la conclusion qu’il ne sert à rien de produire une déclaration si le paiement ne peut pas être fait. Ces contribuables ont tort. Lorsqu’un montant d’impôt est dû et que la déclaration n’est pas produite à temps, une pénalité fiscale immédiate de 5 % du montant d’impôt impayé est imposée, et des frais d’intérêt commencent à s’accumuler sur le montant de cette pénalité (ainsi que sur le solde d’impôt impayé) immédiatement. Pour chaque mois complet où la déclaration n’est pas produite, une pénalité supplémentaire de 1 % du montant d’impôt impayé est imposée, jusqu’à concurrence de 12 mois. Des pénalités plus élevées sont imposées, pour une période plus longue, lorsque le contribuable a subi une pénalité pour production tardive au cours des trois dernières années. Dans tous les cas, peu importe les circonstances, la bonne réponse est de produire sa déclaration de revenus à temps. Cette année, pour la plupart des contribuables, cela signifie qu’ils doivent produire leur déclaration au plus tard le lundi 1er mai 2023. Pour les contribuables indépendants (et leur conjoint), la date limite de production est le jeudi 15 juin 2023. Cependant, pour tous les contribuables, la date limite de paiement de tous les montants d’impôt sur le revenu de 2022 est le 1er lundi mai 2023.

Des renseignements détaillés sur les options offertes aux contribuables qui ne peuvent pas payer leurs impôts à temps et en entier se trouvent sur le site Web de l’ARC à l’adresse suivante: Paiements pour les particuliers