The Tax Year is Ending – Some Planning Steps to Take Before December 31

A paper with the text Check your tax credits now, Use these guidance notes to help you check the details on your Annual Review and make your Declaration. Other text is covered with a pen. A calculator also rests on the page.

For individual Canadian taxpayers, the tax year ends at the same time as the calendar year. And what that means for individual Canadians is that any steps taken to reduce their tax payable for 2022 must be completed by December 31, 2022. (For individual taxpayers, the only significant exception to that rule is registered retirement savings plan (RRSP) contributions. With some exceptions, such contributions can be made any time up to and including March 1, 2023, and claimed on the return for 2022.)

While the remaining time frame in which most tax planning strategies for 2022 can be implemented is only a few weeks, the good news is that the most readily available of those strategies don’t involve a lot of planning or complicated financial structures – in many cases, it’s just a question of considering the timing of steps which would have been taken in any event. What follows is a listing of some of the steps which should be considered by most Canadian taxpayers as the year-end approaches.

Charitable donations

The federal government and each of the provincial and territorial governments provide a tax credit for donations made to registered charities during the year. In all cases, in order to claim a credit for a donation in a particular tax year, that donation must be made by the end of that calendar year – there are no exceptions.

There is, however, another reason to ensure donations are made by December 31. The credit provided by each of the federal, provincial, and territorial governments is a two-level credit, in which the percentage credit claimable increases with the amount of donation made. For federal tax purposes, the first $200 in donations is eligible for a non-refundable tax credit equal to 15% of the donation. The credit for donations made during the year which exceed the $200 threshold is, however, calculated as 29% of the excess. For the minority of taxpayers who have taxable income (for 2022) over $221,708, charitable donations above the $200 threshold can receive a federal tax credit of 33%.

As a result of the two-level credit structure, the best tax result is obtained when donations made during a single calendar year are maximized. For instance, a qualifying charitable donation of $400 made in December 2022 will receive a federal credit of $88.00 (($200 × 15%) + ($200 × 29%)). If the same amount is donated, but the donation is split equally between December 2022 and January 2023, the total credit claimable is only $60.00 (($200 × 15%) + ($200 × 15%)), and the 2023 donation can’t be claimed until the 2023 return is filed in April 2024. And, of course, the larger the donation in any one calendar year, the greater the proportion of that donation which will receive credit at the 29% level rather than the 15% level.

It’s also possible to carry forward, for up to five years, donations which were made in a particular tax year. So, if donations made in 2022 don’t reach the $200 level, it’s usually worth holding off on claiming the donation and carrying it forward to the next year in which total donations, including carryforwards, are over that threshold. Of course, this also means that donations made but not claimed in any of the 2017, 2018, 2019, 2020, or 2021 tax years can be carried forward and added to the total donations made in 2022, and the aggregate then claimed on the 2022 tax return.

When claiming charitable donations, it’s possible to combine donations made by oneself and one’s spouse and claim them on a single return. Generally, and especially in provinces and territories which impose a high-income surtax – currently, Ontario and Prince Edward Island – it makes sense for the higher income spouse to make the claim for the total of charitable donations made by both spouses. Doing so will reduce the tax payable by that spouse and thereby minimize (or avoid) liability for the provincial high-income surtax.

Making a final RRSP contribution

Every Canadian who has an RRSP must collapse that plan by the end of the year in which he or she turns 71 years of age – usually by converting the RRSP into a registered retirement income fund (RRIF) or by purchasing an annuity. An individual who turns 71 during the year is still entitled to make a final RRSP contribution for that year, assuming that he or she has sufficient contribution room. However, in such cases, the 60-day window for contributions after December 31 is not available. Any RRSP contribution to be made by a person who turns 71 during the year must be made by December 31 of that year. Once that deadline has passed, no further RRSP contributions are possible.

Taxpayer requests for penalty or interest relief

Taxpayers are entitled to request relief from the Canada Revenue Agency (CRA) for interest or penalty charges which the CRA has levied, and those who want to do so must send their request within 10 years from the end of the calendar year or fiscal period concerned. The CRA may also cancel interest and penalties that accrued within 10 calendar years of the year the taxpayer relief request is made, regardless of the tax year or reporting period in which the debt originated.

This year’s deadline applies to taxpayer relief requests for:

  • the 2012 tax year;
  • any reporting period that ended during the 2012 calendar year; and
  • any interest and penalties that accrued during the 2012 calendar year for any tax year or reporting period.

All such requests for relief must be submitted on or before December 31, 2022.

Reviewing tax instalments for 2022

Millions of Canadian taxpayers (particularly self-employed and retired Canadians) pay income taxes by quarterly instalments, with the amount of those instalments representing an estimate of the taxpayer’s total liability for the year.

The final quarterly instalment for this year will be due on Thursday December 15, 2022. By that time, almost everyone will have a reasonably good idea of what their income and deductions will be for 2022 and so will be in a position to estimate what the final tax bill for the year will be, taking into account any tax planning strategies already put in place, as well as any RRSP contributions which will be made on or before March 1, 2023. While the tax return forms to be used for the 2022 year haven’t yet been released by the CRA, it’s possible to arrive at an estimate by using the 2021 form. Increases in tax credit amounts and tax brackets from 2021 to 2022 will mean that using the 2021 form will likely result in a slight over-estimate of tax liability for 2022.

Once one’s tax bill for 2022 has been calculated, that figure should be compared to the total of tax instalments already made during 2022 (that figure can be obtained by checking one’s online tax account on the CRA website, or by calling the CRA’s Individual Income Tax Enquiries line at 1-800-959-8281). Depending on the result, it may then be possible to reduce the amount of the tax instalment to be paid on December 15 – and thereby free up some additional funds for the inevitable holiday spending!


L’année d’imposition tire à sa fin – certaines étapes à planifier d’ici le 31 décembre (décembre 2022)

Pour les contribuables particuliers canadiens, l’année d’imposition se termine en même temps que l’année civile. Cela signifie que toutes mesures prises pour réduire l’impôt à payer doivent être finalisées d’ici le 31 décembre 2022. (Pour les contribuables particuliers, la seule exception notable à cette règle touche les cotisations aux régimes enregistrés d’épargne-retraite [REER]. Hormis quelques exceptions, de telles cotisations peuvent être effectuées à tout moment jusqu’au 1er mars 2023 et être réclamées sur la déclaration de revenus de 2022.)

Bien que la période pour mettre en œuvre les stratégies de planification fiscale pour 2022 ne soit plus que de quelques semaines, la bonne nouvelle est que les stratégies les plus faciles à appliquer ne comportent pas beaucoup de planification ou de structures financières compliquées – dans la plupart des cas, il s’agit simplement de considérer le moment où les étapes auraient été effectuées dans toutes circonstances. Voici une liste de certaines des étapes à prendre en compte par la plupart des contribuables canadiens à l’approche de la fin de l’année.

Dons de bienfaisance

Le gouvernement fédéral et tous les gouvernements provinciaux et territoriaux émettent un crédit d’impôt pour les dons faits aux organismes de bienfaisance enregistrés durant l’année. Dans tous les cas, afin de pouvoir réclamer un crédit d’impôt pour un don ayant été effectué dans une année d’imposition donnée, celui-ci doit être effectué avant la fin de l’année civile en question – aucune exception n’est possible.

Toutefois, il existe une autre raison pour s’assurer que les dons sont effectués au plus tard le 31 décembre. Le crédit octroyé par chacun des gouvernements fédéral, provincial et territorial est un crédit à deux niveaux, où le pourcentage du crédit qui peut être réclamé augmente en fonction du montant du don. Aux fins de l’impôt fédéral, les premiers 200 $ de dons donnent droit à un crédit d’impôt non remboursable équivalent à 15 % du montant des dons. Toutefois, le crédit pour les dons effectués durant l’année qui excèdent le seuil de 200 $ est calculé à 29 % pour la partie excédentaire. Pour la minorité de contribuables qui ont un revenu imposable (pour 2021) de plus de 221 708 $, les dons de bienfaisance qui dépassent le seuil de 200 $ peuvent recevoir un crédit d’impôt de 33 %.

En raison de la structure de crédit à deux niveaux, le meilleur résultat fiscal est obtenu lorsque les dons effectués au cours d’une seule année civile sont maximisés. Par exemple, un don de bienfaisance admissible de 400 $ fait en décembre 2022 recevra un crédit fédéral de 88 $ (200 $ x 15 %, + 200 $ x 29 %). Si le même montant est donné, mais que celui-ci est réparti également entre décembre 2022 et janvier 2023, le montant total du crédit pouvant être réclamé est seulement de 60 $ (200 $ x 15 % + 200 $ x 15 %), et le don effectué en 2023 ne pourra être réclamé avant que la déclaration de revenus de 2023 ne soit produite en avril 2024. Et, bien entendu, plus le don effectué dans une année civile donnée est important, plus la proportion de ce don qui recevra un crédit de 29 % plutôt que de 15 % sera considérable.

Il est également possible de reporter, sur une période allant jusqu’à cinq ans, les dons qui sont effectués dans une année d’imposition donnée. Par conséquent, si les dons effectués en 2022 n’atteignent pas le seuil de 200 $, cela vaut habituellement la peine d’attendre avant de réclamer les crédits d’impôt concernés et de les reporter à une année subséquente où le total des dons, incluant les reports, est supérieur à ce seuil. Bien entendu, ceci signifie également que les dons effectués, mais non réclamés, dans n’importe laquelle des déclarations de revenus de 2017, 2018, 2019, 2020 ou 2021 peuvent être reportés et ajoutés aux dons totaux effectués en 2022, et le montant total peut être ensuite réclamé dans la déclaration de revenus de 2022.

Lors de la réclamation des crédits d’impôt liés aux dons de bienfaisance, il est possible de jumeler les dons faits par soi-même et ceux effectués par son conjoint, pour ensuite les réclamer sur la même déclaration. De façon générale, et surtout dans les provinces et les territoires où l’on impose une surtaxe sur les revenus élevés – présentement l’Ontario et l’Île-du-Prince-Édouard – il est logique que le conjoint au revenu le plus élevé réclame le total des dons de bienfaisance effectués par les deux conjoints. Cela permettra de réduire l’impôt à payer par ce conjoint et donc de minimiser (ou d’éviter) l’assujettissement à la surtaxe provinciale sur les revenus élevés.

Effectuer une dernière cotisation à son REER

Tout Canadien qui détient un REER doit le fermer avant la fin de l’année au cours de laquelle il ou elle atteint l’âge de 71 ans – normalement en convertissant le REER en un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou en achetant une rente. Un particulier qui atteint l’âge de 71 ans au cours de l’année peut toujours verser une dernière cotisation à son REER pour cette année, en supposant qu’il dispose de droits de cotisation suffisants. Toutefois, dans de tels cas, la période de 60 jours pour les contributions effectuées après le 31 décembre n’est pas offerte. Toute cotisation à un REER devant être effectuée par une personne qui atteint 71 ans au cours de l’année doit être faite avant le 31 décembre de cette même année. Une fois ce délai passé, aucune autre cotisation à un REER ne sera possible.

Demandes d’allègement de pénalités ou d’intérêts pour les contribuables

Les contribuables peuvent demander à l’Agence du revenu du Canada (ARC) un allègement des intérêts ou des pénalités prélevés par cette dernière, et ceux qui veulent faire une telle demande doivent l’envoyer dans les 10 ans suivant la fin de l’année civile ou de l’exercice concerné. L’ARC peut également annuler les intérêts et les pénalités qui ont couru dans les dix années civiles suivant l’année où la demande d’allègement du contribuable est présentée, et ce, sans égard à l’année d’imposition ou à la période de déclaration au cours de laquelle la dette est survenue.

La date limite de cette année s’applique aux demandes d’allègement des contribuables pour :

  • l’année d’imposition 2012;
  • les périodes de déclaration qui ont pris fin durant l’année civile 2012; et
  • les intérêts et les pénalités qui ont couru au cours de l’année civile 2021 pour toute année d’imposition ou période de déclaration.

Toutes les demandes d’allègement doivent être soumises au plus tard le 31 décembre 2022.

Ajustement des acomptes provisionnels pour 2022

Des millions de contribuables canadiens (particulièrement les travailleurs indépendants et les retraités canadiens) paient leur impôt sur le revenu par acomptes provisionnels trimestriels, et le montant de ces acomptes représente une estimation du total de l’impôt à payer par le contribuable pour l’année.

L’échéance du dernier paiement par acompte provisionnel à effectuer cette année est le jeudi 15 décembre 2022. À cette date, presque tout le monde aura une assez bonne idée de ses revenus et déductions pour l’année 2022 et pourra ainsi estimer le dernier montant à payer, en considérant les stratégies de planification fiscale déjà mises en place, en plus de toute cotisation au REER à faire au plus tard le 1er mars 2023. Bien que les formulaires pour les déclarations de revenus à utiliser pour l’année 2022 ne soient pas encore publiés par l’Agence du revenu du Canada, il est possible de faire une estimation en utilisant le formulaire de 2021. Les augmentations des montants de crédits d’impôt et des seuils de revenus pour l’année 2022 signifient que l’utilisation du formulaire de 2021 entraînera probablement une légère surestimation de l’impôt à payer pour 2022.

Une fois que l’estimation de l’impôt à payer pour 2022 est calculée, le montant obtenu devrait être comparé au total des acomptes provisionnels déjà versés pendant l’année 2022 (vous pouvez obtenir ce total en appelant à la ligne des demandes de renseignements sur l’impôt des particuliers de l’ARC au 1-800-959-8281). Selon le montant obtenu, il pourrait être possible de réduire le montant de l’acompte provisionnel à payer le 15 décembre – et ainsi débloquer des fonds pour les dépenses inévitables des fêtes!