The New Multi-generational Home Renovation Tax Credit

A cartoon depiction of an inter-generational family standing in front of a beige house. There are two grey-haired individuals, two children, and two middle-aged persons.

The fact that Canada is in the middle of a housing crisis isn’t really news to anyone. Whether it’s having difficulty finding an affordable apartment or putting together enough money for a down payment, or coping with ever increasing mortgage interest rates and mortgage payments, housing availability and affordability is a concern for Canadians across all age groups.

That reality led the federal government to propose a number of measures to address the housing needs of Canadians. One of those measures – the Multi-Generational Home Renovation Tax Credit – will take effect in 2023.

As the name implies, the Multi-Generational Home Renovation Tax Credit will provide assistance through the tax system for costs incurred to create additional living space which will allow an elderly (over 65) or disabled adult relative to live with family, while at the same time having their own self-contained living space.

Take, for example a couple in their late 50s whose children have all moved out of the family home to live on their own, and so now have a home that is too big for just the two of them. Many Canadians in that “sandwich generation” also have parents in their 80s who don’t want (or need) to move into an assisted living facility but could nonetheless benefit from having family nearby to provide them with help with some aspects of day-to-day independent living. The new tax credit program provides the opportunity for that empty nester couple to stay in their family home and renovate that home to provide living space for all family members, and to do so on a tax-assisted basis.

Similarly, parents of disabled adult children who are not capable of fully independent living often have great difficulty in finding appropriate (and affordable) residential facilities in which those adult children can live. In such cases, being able to provide a self-contained living space for those disabled adult children within their existing home, while still being able to provide the necessary degree of supervision, would provide an additional option for such families.

The phrase which usually comes to mind when describing such living arrangements is a “granny flat”, which implies a separate, smaller structure on the same property as the existing home. While that is certainly an available option under this program, it’s not the only one. The new tax credit will be available for “renovations, alterations or additions” to an existing dwelling which results in the creation of a “secondary housing unit” for the elderly or disabled relative. The only requirement is that the new housing unit to be used by the qualifying relative must be self-contained, having a private entrance, kitchen, bathroom facilities, and sleeping area. So, renovations eligible for the new credit would include a separate, smaller housing unit on the same property, an addition built on to the existing home, or simply renovations made to the existing home without changing the size of that home. As long as the requirement of being a self-contained housing unit having a separate entrance, kitchen, bathroom, and sleeping area is met, the configuration of the renovated/newly constructed space is entirely up the individuals doing that renovation or construction.

Regardless of the configuration of the changes, it’s readily apparent that the cost of carrying out such renovations or construction will be substantial. Consequently, the refundable tax credit which can be claimed under the new program will be equal to 15% of eligible renovation/construction expenses incurred, to a maximum of $50,000 in such expenses. In other words, a refundable tax credit of $7,500 can be claimed where $50,000 or more in eligible expenses are incurred. Where expenses incurred are less than that amount, the refundable tax credit claimable will be 15% of actual expenses incurred. Regardless of amount, all expense claims must be supported by receipts.

The range of such expenses which will qualify for the credit is broad, and includes the cost of labour and professional services, building materials, fixtures, and equipment rentals and permits. Costs incurred for furniture or appliances for the new premises do not qualify for the credit, nor do any costs (i.e., interest costs) of financing the renovation or new construction.

The new credit will be available for the 2023 and subsequent tax years, so only work performed and paid for and/or goods acquired after the end of 2022 will be eligible for the credit. An eligible renovation/construction is considered to be completed when the work passes a final inspection, and the tax credit is then claimed for the taxation year in which the project is completed.

The information above outlines the general framework of the new tax credit program; as with all such programs, there are detailed requirements which must be fulfilled. Those details can be found in the budget announcement of the Multi-Generational Home Renovation Tax Credit, which is available on the Finance Canada website at https://budget.gc.ca/2022/report-rapport/tm-mf-en.html#a2. The federal government has also recently carried out a consultation process with respect to this credit and other 2022 budget measures, and that consultation process ended on September 30, 2022. Any changes to the program terms arising from that consultation process should be made available on the Finance Canada website prior to the program implementation date of January 1, 2023.


Le nouveau crédit d’impôt pour la rénovation d’habitations multigénérationnelles (octobre 2022)

Le fait que le Canada soit au beau milieu d’une crise du logement n’a rien de nouveau. Qu’il s’agisse d’avoir de la difficulté à trouver un appartement abordable ou à réunir suffisamment d’argent pour une mise de fonds, ou de faire face à la hausse constante des taux d’intérêt et des versements hypothécaires, la disponibilité et l’abordabilité des logements sont une préoccupation pour les Canadiens de tous les groupes d’âge.

Cette réalité a amené le gouvernement fédéral à proposer un certain nombre de mesures pour répondre aux besoins des Canadiens en matière de logement. L’une de ces mesures, le crédit d’impôt multigénérationnel pour la rénovation domiciliaire, entrera en vigueur en 2023.

Comme son nom l’indique, le crédit d’impôt multigénérationnel pour la rénovation domiciliaire aidera, par l’entremise du régime fiscal, les personnes âgées (de plus de 65 ans) ou les adultes handicapés qui vivent avec leur famille à assumer les coûts liés à la création d’un espace de logement supplémentaire, tout en profitant de leur propre espace de vie.

Prenons l’exemple d’un couple à la fin de la cinquantaine dont les enfants ont tous quitté la maison familiale pour vivre seuls, et qui habite maintenant une maison trop grande pour eux deux. De nombreux Canadiens de cette « génération sandwich » ont aussi des parents octogénaires qui ne veulent pas (ou n’ont pas besoin) d’emménager dans un centre pour personnes en perte d’autonomie, mais qui pourraient tout de même bénéficier de la présence de membres de leur famille habitant à proximité pour les aider à vivre de façon indépendante au quotidien. Le nouveau programme de crédit d’impôt permet à ce couple dont les parents ont quitté la maison de rester dans la maison familiale et de la rénover afin d’offrir un logement à tous les membres de la famille, et ce, grâce à une aide fiscale.

De même, les parents d’enfants adultes handicapés qui ne sont pas en mesure de vivre de façon complètement autonome ont souvent beaucoup de difficulté à trouver des établissements résidentiels appropriés (et abordables) où ces enfants adultes peuvent vivre. Dans de tels cas, le fait de pouvoir fournir un espace de vie autonome aux enfants adultes handicapés dans leur foyer actuel, tout en étant en mesure de fournir le degré de supervision nécessaire, constituerait une option supplémentaire pour ces familles.

L’expression qui vient habituellement à l’esprit lorsque l’on décrit de telles conditions de vie est celle de « pavillon-jardin », une maisonnette distincte installée sur le même terrain que la résidence principale. Bien que ce soit certainement une option possible dans le cadre de ce programme, ce n’est pas la seule. Le nouveau crédit d’impôt sera offert pour les « rénovations, modifications ou ajouts » à un logement existant qui entraînent la création d’une « unité de logement secondaire » pour les personnes âgées ou les parents handicapés. La seule exigence est que le nouveau logement utilisé par le membre de la famille admissible soit autonome, doté d’une entrée privée, d’une cuisine, d’une salle de bains et d’une aire de repos. Donc, les rénovations admissibles au nouveau crédit comprendraient un logement distinct, plus petit, situé sur la même propriété, un ajout à la maison existante, ou simplement des rénovations apportées à la maison existante sans en changer la taille. Tant que l’exigence d’être un logement autonome doté d’une entrée, d’une cuisine, d’une salle de bain et d’une aire de repos distinctes est respectée, la configuration de l’espace rénové ou nouvellement construit relève entièrement des personnes qui effectuent la rénovation ou la construction.

Peu importe la manière dont ces changements se présentent, il est évident que le coût de ces rénovations ou de ces travaux de construction sera considérable. Par conséquent, le crédit d’impôt remboursable qui peut être demandé dans le cadre du nouveau programme correspondra à 15 % des dépenses admissibles de rénovation ou de construction engagées, jusqu’à concurrence de 50 000 $. Autrement dit, un crédit d’impôt remboursable de 7 500 $ peut être demandé lorsque 50 000 $ ou plus de dépenses admissibles sont engagées. Lorsque les dépenses engagées sont inférieures à ce montant, le crédit d’impôt remboursable pouvant être réclamé sera équivalent à 15 % des dépenses réelles engagées. Peu importe le montant, toutes les demandes de remboursement de dépenses doivent être accompagnées de reçus.

L’éventail des dépenses admissibles à ce crédit est vaste et comprend le coût de la main-d’œuvre et des services professionnels, des matériaux de construction, des accessoires fixes, de la location de matériel et des permis. Les coûts engagés pour l’ameublement ou l’électroménager des nouveaux locaux ne sont pas admissibles au crédit, pas plus que les coûts (c.-à-d. les frais d’intérêt) du financement de la rénovation ou de la nouvelle construction.

Le nouveau crédit sera offert pour 2023 et les années d’imposition suivantes, de sorte que seuls les travaux exécutés et payés ou les biens acquis après la fin de 2022 seront admissibles au crédit. Une rénovation ou une construction admissible est considérée comme terminée lorsque les travaux passent l’inspection finale, et le crédit d’impôt est ensuite demandé pour l’année d’imposition au cours de laquelle le projet est terminé.

Les renseignements ci-dessus décrivent le cadre général du nouveau programme de crédit d’impôt; comme pour tous ces programmes, des exigences détaillées existent, qui doivent être respectées. Ces détails se retrouvent dans l’annonce budgétaire du crédit d’impôt pour la rénovation d’habitations multigénérationnelles, qui est disponible sur le site Web du ministère des Finances Canada à l’adresse suivante : Mesures fiscales : Renseignements supplémentaires. Récemment, le gouvernement fédéral a également mené un processus de consultation sur ce crédit et d’autres mesures du budget de 2022, lequel a pris fin le 30 septembre 2022. Toute modification des modalités du programme découlant de ce processus de consultation devrait être affichée sur le site Web du ministère des Finances Canada avant la date de mise en œuvre du programme, soit le 1er janvier 2023.

Skip to content