The CPP Post-retirement Benefit – Deciding Whether to Continue Contributing

A cartoon depiction of two elderly people standing in front of two arrows with road lines on them. One direction has a sign that reads Retirement, and the other has a sign that reads Work.

Transitioning into retirement is a complex process, one which involves decisions around finances (present and future) as well as one’s way of life. While it was once typical for an individual to work full time until retiring (usually at age 65), the word “retirement” no longer has a single meaning – in fact, it’s now the case that almost every individual’s retirement plans look at little different than anyone else’s. Some will take a traditional retirement of moving from a full-time job into not working at all, while others may stay working full-time past the traditional retirement age of 65. Still others will leave full-time employment, but continue to work part-time, either out of financial need or simply from a desire to stay active and engaged in the work force.

The flexible nature of retirement plans is reflected in changes made over the past decade to Canada’s government-run retirement income programs, particularly the Canada Pension Plan (CPP). It’s possible to begin receiving CPP benefits as early as age 60 and as late as age 70, with the amount of benefit increasing with each month that receipt of benefits is deferred. Many Canadians now choose to begin receiving their CPP benefits while continuing to participate in the work force, part-time or full-time.

At one time, beginning to receive CPP retirement benefits meant that, even for those who chose to remain in the work force, no further CPP contributions were allowed. In 2012 that changed, with the introduction of the CPP Post-Retirement Benefit. The availability of that benefit means that those who are aged 65 to 70 and continue to work while receiving CPP retirement benefits must decide whether or not to continue making CPP contributions. Such individuals who make the choice to continue to contribute to the Canada Pension Plan will see an increase in the amount of CPP retirement benefit they receive each month for the remainder of their lives. That increase is the CPP post-retirement benefit or PRB.

The rules governing the availability of the PRB differ, depending on the age of the taxpayer. In a nutshell, an individual who has chosen to begin receiving the CPP retirement benefit but who continues to work will be subject to the following rules:

  • Individuals who are 60 to 65 years of age and continue to work are required to continue making CPP contributions.
  • Individuals who are 65 to 70 years of age and continue to work can choose not to make CPP contributions. To stop contributing, such an individual must fill out form https://www.canada.ca/en/revenue-agency/services/forms-publications/forms/cpt30.html. A copy of that form must be given to the individual’s employer and the original sent to the Canada Revenue Agency (CRA). An individual who has more than one employer must make the same choice (to continue to contribute or to cease contributions) for all employers and must provide a copy of the CPT30 form to each employer.

A decision to stop contributing can be changed, and contributions resumed, but only one such change can be made per calendar year. To make that change, the individual must complete section D of CRA form https://www.canada.ca/en/revenue-agency/services/forms-publications/forms/cpt30.html, give one copy of the form to their employer(s), and send the original to the CRA

  • Individuals who are over the age of 70 and are still working cannot contribute to the CPP.

Overall, the effect of the rules is that CPP retirement benefit recipients who are still working and who are under aged 65, as well as those who are between 65 and 70 and choose not to opt out, will continue to make contributions to the CPP system and will continue therefore to earn new credits under that system. As a result, the amount of CPP retirement benefits which they are entitled to will increase with each successive year’s contributions.

Where an individual makes CPP contributions while working and receiving CPP retirement benefits, the amount of any CPP post-retirement benefit earned will automatically be calculated by the federal government (no application is required), and the individual will be advised of any increase in their monthly CPP retirement benefit each year. The PRB will be paid to that individual automatically the year after the contributions are made, effective January 1 of that second year. Since the federal government doesn’t have all of the information needed to make such calculations until T4s and T4 summaries are filed by the employer by the end of February, the first PRB payment is usually made in a lump sum amount in the month of April. That lump sum amount represents the PRB payable from January to April. Thereafter, the PRB is paid monthly and combined with the individual’s usual CPP retirement benefit in a single payment.

While the rules governing the PRB can seem complex (and certainly the actuarial calculations are), the individual doesn’t have to concern him or herself with those technical details. For CPP retirement benefit recipients who are under age 65 or over 70, there is no decision to be made. For the former, CPP contributions will be automatically deducted from their paycheques and for the latter, no such contributions are allowed.

Individuals in the middle group – aged 65 to 70 – will need to make a decision about whether it makes sense, in their individual circumstances, to continue making contributions to the CPP.

While every situation is different, there are some general rules of thumb which will be useful in determining whether or not to continue making contributions to the CPP. Generally speaking, continuing to contribute makes the most sense for individuals whose current CPP retirement pension is significantly less than the maximum allowable benefit (which is, for 2022, $1,253.59 per month), as making such contributions will mean an increase in the individual’s CPP retirement benefit each month for the rest of his or her life. Conversely, for individuals who are already receiving the maximum CPP retirement benefit, or even close to it, there is likely little or no benefit to be derived from continuing to contribute (especially for those who are self-employed and must therefore pay both the employer and employee contribution amounts).

More information on the PRB generally is available on the CRA website at https://www.canada.ca/en/services/benefits/publicpensions/cpp/cpp-post-retirement.html.


La transition vers la retraite est un processus complexe qui implique des décisions concernant les finances (actuelles et futures) ainsi que le mode de vie. Même s’il était très courant pour une personne de travailler à temps plein jusqu’à sa retraite (habituellement jusqu’à l’âge de 65 ans), le mot « retraite » possède désormais plus d’une signification — en fait, il est maintenant vrai que presque tous les régimes de retraite varient d’une personne à l’autre. Certains prendront une retraite traditionnelle en passant d’un emploi à temps plein à une vie sans travail du tout, tandis que d’autres continueront de travailler à temps plein après l’âge traditionnel de la retraite, à 65 ans. D’autres encore quitteront leur emploi à temps plein, mais continueront à travailler à temps partiel, soit en raison de leurs besoins financiers, soit simplement pour demeurer dynamiques et conserver une présence sur le marché du travail.

La flexibilité des régimes de retraite se reflète dans les changements apportés au cours de la dernière décennie aux programmes de revenu de retraite gérés par le gouvernement du Canada, en particulier au Régime de pensions du Canada. Il est possible de commencer à recevoir des prestations du Régime de pensions du Canada dès l’âge de 60 ans et jusqu’à 70 ans, le montant des prestations augmentant chaque mois où les prestations sont reportées. De multiples personnes au Canada choisissent maintenant de commencer à recevoir leurs prestations du RPC tout en continuant à faire partie de la population active, à temps partiel ou à temps plein.

À une certaine époque, le fait de commencer à recevoir des prestations de retraite du RPC signifiait que, même pour ceux qui choisissaient de demeurer sur le marché du travail, pas même une autre cotisation au RPC n’était permise. En 2012, cela a changé, avec l’introduction de la prestation après la retraite du RPC. L’arrivée de cette prestation signifie que les personnes âgées de 65 à 70 ans qui continuent de travailler tout en recevant des prestations de retraite du RPC doivent décider de continuer ou non à cotiser au RPC. Les personnes qui choisissent de continuer à cotiser au Régime de pensions du Canada verront augmenter le montant des prestations de retraite du RPC qu’elles recevront chaque mois pour le reste de leur vie. Il s’agit de l’augmentation des prestations après-retraite du RPC, aussi appelées PAR.

Les règles régissant la disponibilité de la PAR diffèrent selon l’âge du contribuable. En résumé, une personne qui a choisi de commencer à recevoir des prestations de retraite du RPC, mais qui continue de travailler, sera assujettie aux règles suivantes :

  • Les personnes âgées de 60 à 65 ans qui continuent de travailler doivent continuer à cotiser au RPC.
  • Les personnes âgées de 65 à 70 ans qui continuent de travailler peuvent choisir de ne pas cotiser au RPC. Pour cesser de cotiser, cette personne doit remplir le formulaire CPT30 Choix de cesser de verser des cotisations au Régime de pensions du Canada, ou révocation d’un choix antérieur. Une copie de ce formulaire doit être remise à l’employeur de la personne et l’original doit être envoyé à l’Agence du revenu du Canada (ARC). Une personne qui a plus d’un employeur doit effectuer le même choix (continuer à cotiser ou cesser de cotiser) pour chacun de ses employeurs, en plus de leur fournir une copie du formulaire CPT30.

    La décision de cesser de cotiser peut être modifiée et les cotisations peuvent être rétablies, mais un seul changement de ce genre peut être apporté par année civile. Pour apporter ce changement, la personne doit remplir la section D du formulaire de l’ARC CPT30 Choix de cesser de verser des cotisations au Régime de pensions du Canada, ou révocation d’un choix antérieur, en remettre une copie à son employeur et envoyer l’original à l’ARC.
  • Les personnes qui ont plus de 70 ans et qui travaillent encore ne peuvent pas cotiser au RPC.

Dans l’ensemble, les règles ont pour effet que les bénéficiaires de prestations de retraite du RPC qui travaillent encore et qui sont âgés de moins de 65 ans, ainsi que ceux qui ont entre 65 et 70 ans et qui choisissent de ne pas se retirer, continueront de cotiser au RPC et donc, d’accumuler de nouveaux crédits en vertu de ce régime. Par conséquent, le montant des prestations de retraite du RPC auxquelles ces bénéficiaires ont droit augmentera avec les cotisations annuelles successives.

Lorsqu’une personne cotise au RPC pendant qu’elle travaille et qu’elle reçoit des prestations de retraite du RPC, le montant de toute prestation de retraite du RPC accumulée sera automatiquement calculé par le gouvernement fédéral (aucune demande n’est requise)., et la personne sera informée de toute augmentation de sa prestation de retraite mensuelle du RPC chaque année. La prestation après-retraite sera versée automatiquement à cette personne l’année suivant le versement des cotisations, à compter du 1er janvier de la deuxième année. Le gouvernement fédéral ne disposant pas de tous les renseignements nécessaires pour effectuer ces calculs avant que l’employeur ne dépose les formulaires T4 et T4 Sommaire avant la fin de février, le premier paiement de la prestation après-retraite est habituellement versé sous la forme d’un montant forfaitaire au mois d’avril. Ce montant forfaitaire représente celui de la PAR payable de janvier à avril. Par la suite, la PAR est versée mensuellement et combinée à la prestation de retraite habituelle du RPC en un seul versement.

Bien que les règles régissant la PAR peuvent sembler complexes (et les calculs actuariels le sont certainement), la personne n’a pas à se préoccuper de ces détails techniques. Pour les prestataires du RPC qui ont moins de 65 ans ou plus de 70 ans, il n’y a pas de décision à prendre. Dans le premier cas, les cotisations au RPC seront automatiquement déduites de leur rémunération et, dans le second cas, elles ne sont pas autorisées.

Les personnes du groupe intermédiaire (âgées de 65 à 70 ans) devront décider s’il est logique, compte tenu de leur situation personnelle, de continuer à cotiser au RPC.

Bien que chaque situation soit différente, il existe des règles générales qui serviront à déterminer s’il faut continuer à cotiser au RPC. De façon générale, les personnes dont la pension de retraite actuelle du RPC est nettement inférieure à la prestation maximale admissible (qui est de 1 253,59 $ par mois en 2022) devraient logiquement continuer à cotiser, étant donné que de tels versements entraîneront une augmentation de la prestation de retraite du RPC de cette personne chaque mois pour le reste de sa vie. À l’inverse, pour les personnes qui reçoivent déjà la prestation de retraite maximale du RPC, ou même près de celle-ci, il est probable qu’il y ait peu ou pas d’avantages à continuer de cotiser (surtout pour les travailleurs autonomes qui doivent donc payer à la fois les montants à l’employeur et ceux des cotisations de l’employeur).

De plus amples renseignements généraux sur la PAR sont disponibles sur le site Web de l’ARC en cliquant sur le lien suivant : Régime de pension du Canada — Prestation après-retraite (PAR).

Skip to content