Tax Breaks for the Upcoming Post-Secondary School Year

An illustration of a woman sitting cross-legged with a grey laptop on her lap, a stack of four books in front of her, and one book laying open to her left.

This year, for the first time since 2019, most (if not all) post-secondary students will be preparing to go to (or return to) university or college for in-person learning. While that’s an exciting prospect after two years of pandemic restrictions, starting or returning to post-secondary education is also an expensive undertaking. There will be tuition bills, of course, but also the need to find housing and pay rent in what is, in most college or university locations, a very tight and expensive rental market. Those who choose to live in residence and are able to secure a place will also face bills for accommodation and, usually, a meal plan.

While the way in which learning is delivered may have changed and changed again over the past two and a half years, the financial realities have not. Regardless of how post-secondary learning is structured and delivered, it is expensive. Fortunately, there are also tax credits and benefits which can be claimed to offset such costs.

The tax credits and deductions which can be claimed by post-secondary students (or their spouses, parents, or grandparents) in relation to the 2022–23 academic year are summarized below.

Tuition fees

The good news is that a federal tax credit continues to be available for the single largest cost associated with post-secondary education – the cost of tuition. Any student who incurs more than $100 in tuition costs at an eligible post-secondary institution (which would include most Canadian universities and colleges) can still claim a non-refundable federal tax credit of 15% of such tuition costs. Many of the provinces and territories (excepting Alberta, Ontario, and Saskatchewan) also provide students with an equivalent provincial or territorial credit, with the rate of such credit differing by jurisdiction.

The charges imposed on post-secondary students under the heading of “tuition” include myriad costs which may differ, depending on the particular program or institution, and not all of those costs will qualify as “tuition” for purposes of the tuition tax credit. The following specific amounts do, however, constitute eligible tuition fees for purposes of that credit:

  • admission fees;
  • charges for use of library or laboratory facilities;
  • exemption fees;
  • examination fees (including re-reading charges) that are integral to a program of study;
  • application fees (but only if the student subsequently enrolls in the institution);
  • confirmation fees;
  • charges for a certificate, diploma, or degree;
  • membership or seminar fees that are specifically related to an academic program and its administration;
  • mandatory computer service fees; and
  • academic fees.

The following charges, however, do not constitute tuition fees for purposes of the credit:

  • extracurricular student social activities;
  • medical expenses;
  • transportation and parking;
  • board and lodging;
  • goods of enduring value that are to be retained by students (such as a microscope, uniform, gown, or computer);
  • initiation fees or entrance fees to professional organizations including examination fees or other fees (such as evaluation fees) that are not integral to a program of study at an eligible educational institution;
  • administrative penalties incurred when a student withdraws from a program or an institution;
  • the cost of books (other than books, compact disks or similar material included in the cost of a correspondence course when the student is enrolled in such a course given by an eligible educational institution in Canada); and
  • courses taken for purposes of academic upgrading to allow entry into a university or college program. These courses would usually not qualify for the tuition tax credit as they are not considered to be at the post-secondary school level.

Certain ancillary fees and charges, such as health services fees and athletic fees, may also be eligible tuition fees. However, such fees and charges are limited to $250 unless the fees are required to be paid by all full-time students or by all part-time students.

At both the federal and provincial levels, the credit acts to reduce tax otherwise payable. Where, as is often the case, a student doesn’t have tax payable for the year because his or her income isn’t high enough, credits earned can be carried forward and claimed by the student in any future tax year or transferred (within limits) in the current year to be claimed by a spouse, parent or grandparent.

Rent, food, and other personal and living expenses

Unfortunately, although housing and food costs will take up a big portion of each student’s budget, there is not (and never has been) a tax deduction or credit which is claimable for such costs. In all cases, living costs incurred by a post-secondary student (whether on campus or off) are characterized as personal and living expenses, for which no tax deduction or credit is allowed.

Student debt

Most post-secondary students in Canada must incur some amount of debt in order to complete their education, and repayment of that debt is typically not required until after graduation. Once repayment starts, a tax credit can be claimed for the amount of interest being paid on such debt, in some circumstances.

Students who are still in school and arranging for loans to finance their education should be mindful of the rules which govern that student loan interest tax credit, since decisions made while still in school with respect to how post-secondary education will be financed can have tax repercussions down the road, after graduation. That’s because while interest paid on a qualifying student loan is eligible for the credit, only some types of student borrowing will qualify for that credit. Specifically, only interest paid on government-sponsored (federal or provincial) student loans will be eligible for the credit. Interest paid on loans of any kind from any financial institution will not.

It’s not uncommon (especially for students in professional programs, like law or medicine) to be offered lines of credit by a financial institution, often at advantageous or preferential interest rates. As well, financial institutions sometimes offer, once a student has graduated and begun to repay a government-sponsored student loan, to consolidate that student loan with other kinds of debt, also at advantageous interest rates. However, it should be kept in mind that interest paid on that line of credit (or any other kind of borrowing from a financial institution to finance education costs) will never be eligible for the student loan interest tax credit.

As explained in the Canada Revenue Agency publication on the subject: “[I]f you renegotiated your student loan with a bank or another financial institution, or included it in an arrangement to consolidate your loans, you cannot claim this interest amount”. In other words, where a government student loan is combined with other debt and consolidated into a borrowing of any kind from a financial institution, the interest on that government student loan is no longer eligible for the student loan interest tax credit.

Students who are contemplating borrowing from a financial institution rather than getting a government student loan (or considering a consolidation loan which incorporates that student loan amount) must remember, in evaluating the benefit of any preferential interest rate offered by a financial institution, to take into account the loss of the student loan interest tax credit on that borrowing in future years.

Other credits and deductions

While the available student-specific deductions and credits are more limited than they were in previous taxation years, there are nonetheless a number of credits and deductions which, while not specifically education-related, are frequently claimed by post-secondary students (for instance, deductions for moving costs). The Canada Revenue Agency publishes a very useful guide which summarizes most of the rules around income and deductions which may apply to post-secondary students. The current version of that guide, entitled Students and Income Tax, is available on the CRA website at https://www.canada.ca/en/revenue-agency/services/forms-publications/publications/p105.html. That guide was last revised in December of 2021 and the references in it are to the 2021 taxation year. However, it is safe to assume that the same rules will apply for 2022.


Allégements fiscaux prévus pour l’année d’études postsecondaires à venir (septembre 2022)

Cette année, pour la première fois depuis 2019, la plupart (sinon la totalité) des étudiants de niveau postsecondaire se prépareront à aller (ou à retourner) à l’université ou au collège pour y suivre un apprentissage en personne. Bien qu’il s’agisse d’une perspective emballante après deux ans de restrictions liées à la pandémie, le début des études postsecondaires, ou le retour à celles-ci, est également une entreprise coûteuse. Des frais de scolarité sont à prévoir, bien sûr, mais il faudra aussi trouver un logement et payer un loyer dans ce qui constitue, dans la plupart des établissements collégiaux ou universitaires, un marché locatif très concurrentiel et très coûteux. Les personnes qui choisissent de vivre en résidence et qui sont en mesure d’obtenir un logement devront également payer des factures d’hébergement et, habituellement, des frais de repas.

Bien que la façon dont l’apprentissage est dispensé ait peut-être changé à de multiples reprises au cours des deux dernières années et demie, les réalités financières n’ont pas connu cette évolution. Peu importe la façon dont l’enseignement postsecondaire est structuré et dispensé, cette scolarisation coûte cher. Heureusement, des crédits d’impôt et des prestations peuvent également être réclamés pour compenser ces coûts.

Les crédits d’impôt et les déductions qui peuvent être réclamés par les étudiants de niveau postsecondaire (ou leur conjoint, leurs parents ou leurs grands-parents) pour l’année scolaire 2022-2023 sont résumés ci-dessous.

Frais de scolarité

La bonne nouvelle, c’est qu’un crédit d’impôt fédéral continue d’être offert pour la dépense la plus importante associée à l’éducation postsecondaire : les frais de scolarité. Tout étudiant qui engage plus de 100 $ en frais de scolarité dans un établissement postsecondaire admissible (ce qui comprend la plupart des universités et collèges canadiens) peut demander un crédit d’impôt fédéral non remboursable de 15 % de ces frais. La plupart des provinces et territoires (à l’exception de l’Alberta, de l’Ontario et de la Saskatchewan) offrent également aux étudiants un crédit provincial ou territorial équivalent, le taux de ce crédit variant selon la province ou le territoire.

Les frais imposés aux étudiants de niveau postsecondaire sous la rubrique « frais de scolarité » comprennent une myriade de coûts qui peuvent différer, selon le programme ou l’établissement en question, et ces coûts ne seront pas tous considérés comme des « frais de scolarité » aux fins du crédit d’impôt pour frais de scolarité. Les montants précis suivants constituent toutefois des frais de scolarité admissibles aux fins de ce crédit :

  • les frais d’admission;
  • les frais d’utilisation d’une bibliothèque ou d’un laboratoire;
  • les frais d’exemption;
  • les frais d’examen (y compris les frais de recorrection) qui font partie intégrante d’un programme d’études;
  • les frais de demande d’admission (seulement si l’étudiant s’inscrit par la suite à l’établissement d’enseignement);
  • les frais de confirmation
  • les frais de délivrance d’un certificat, d’un diplôme ou d’un grade;
  • les cotisations de membre ou les frais de participation à des séminaires qui sont expressément liés à un programme d’études et à son administration;
  • les frais de services informatiques obligatoires;
  • les droits universitaires.

Toutefois, les frais suivants ne constituent pas des frais de scolarité admissibles aux fins du crédit :

  • les frais d’activités parascolaires de nature sociale;
  • les frais médicaux;
  • les frais de transport et de stationnement;
  • les frais de pension et de logement;
  • les frais pour les biens durables conservés par les étudiants (par exemple un microscope, un uniforme, un sarrau, un ordinateur, etc.);
  • les droits d’adhésion ou les cotisations versés à des associations professionnelles, y compris les frais d’examen ou autres (comme des frais d’évaluation) qui ne sont pas essentiels à un programme d’études d’un établissement d’enseignement admissible;
  • les pénalités administratives payées en cas de retrait de l’étudiant d’un programme ou d’un établissement d’enseignement;
  • le coût des livres (autres que les livres ou du matériel similaire compris dans le coût d’un cours par correspondance auquel l’étudiant est inscrit et qui est donné dans un établissement d’enseignement situé au Canada qui est admissible);
  • les cours suivis à des fins de rattrapage scolaire afin d’accéder à un programme universitaire ou collégial, qui ne sont habituellement pas admissibles au crédit d’impôt pour frais de scolarité, car ces cours ne sont pas considérés de niveau postsecondaire.

Certains frais accessoires, comme les frais de santé et les frais de sport, peuvent également être des frais de scolarité admissibles. Toutefois, ces frais sont limités à 250 $, à moins qu’ils ne soient exigés de tous les étudiants à temps plein ou à temps partiel.

Aux niveaux fédéral et provincial, le crédit réduit l’impôt payable par ailleurs. Lorsqu’un étudiant n’a pas d’impôt à payer pour l’année parce que son revenu n’est pas suffisamment élevé (comme c’est souvent le cas), les crédits accumulés peuvent être reportés et réclamés par l’étudiant au cours d’une année d’imposition ultérieure ou transférés (sous réserve des limites) au cours de l’année en cours pour être réclamés par un conjoint, parent ou grand-parent.

Loyer, nourriture et autres dépenses personnelles et de subsistance

Malheureusement, bien que les coûts de logement et de nourriture accaparent une grande partie du budget de chaque étudiant, il n’y a pas (et il n’y en a jamais eu) de déduction ou de crédit d’impôt qui peut être réclamé pour ces coûts. Dans tous les cas, les frais de subsistance engagés par un étudiant de niveau postsecondaire (que ce soit sur le campus ou à l’extérieur) sont considérés comme des frais personnels et des frais de subsistance, pour lesquels aucune déduction ou aucun crédit d’impôt n’est autorisé.

Dette étudiante

La plupart des étudiants de niveau postsecondaire au Canada doivent s’endetter jusqu’à un certain point pour terminer leurs études, et le remboursement de cette dette n’est habituellement exigé qu’après l’obtention du diplôme. Une fois le remboursement commencé, un crédit d’impôt peut être demandé pour le montant des intérêts payés sur cette dette, dans certaines circonstances.

Les étudiants encore aux études qui contractent des prêts pour financer leurs études devraient tenir compte des règles qui régissent le crédit d’impôt pour intérêts sur les prêts étudiants, puisque les décisions prises pendant qu’ils sont encore aux études — concernant la manière dont l’éducation postsecondaire sera financée — peuvent entraîner des répercussions fiscales dans le futur, après leur diplomation. En effet, même si les intérêts payés sur un prêt étudiant admissible sont admissibles au crédit, seuls certains types d’emprunt étudiant sont admissibles à ce crédit. Plus précisément, seuls les intérêts payés sur les prêts étudiants consentis par le gouvernement (fédéral ou provincial) seront admissibles au crédit. Les intérêts payés sur les prêts de quelque nature que ce soit d’une institution financière ne le seront pas.

Il n’est pas rare (surtout pour les étudiants inscrits à des programmes d’études professionnelles, comme le droit ou la médecine) que des marges de crédit leur soient offertes par une institution financière, souvent à des taux d’intérêt avantageux ou préférentiels. De plus, les institutions financières offrent parfois, lorsqu’un étudiant a obtenu son diplôme et qu’il a commencé à rembourser un prêt étudiant financé par le gouvernement, de consolider ce prêt étudiant avec d’autres types de dettes, également à des taux d’intérêt avantageux. Toutefois, il faut garder à l’esprit que les intérêts payés sur cette marge de crédit (ou tout autre type d’emprunt contracté auprès d’une institution financière pour payer des études) ne seront jamais admissibles au crédit d’impôt pour intérêts sur les prêts étudiants.

Comme il est expliqué dans la publication de l’Agence du revenu du Canada à ce sujet : « [s]i vous renégociez votre prêt étudiant avec une banque ou une institution financière, ou si vous l’avez inclus dans un arrangement pour consolider vos prêts si vous avez renégocié votre prêt étudiant avec une banque ou une autre institution financière, ou si vous l’avez inclus dans une entente visant à consolider vos prêts », vous ne pouvez pas réclamer ce montant d’intérêt. Autrement dit, lorsqu’un prêt étudiant du gouvernement est combiné à d’autres dettes et consolidé en un emprunt de quelque nature que ce soit avec une institution financière, les intérêts sur ce prêt étudiant du gouvernement ne sont plus admissibles au crédit d’impôt pour intérêts sur les prêts étudiants.

Les étudiants qui considèrent contracter un emprunt auprès d’un établissement financier plutôt qu’obtenir un prêt étudiant du gouvernement (ou qui envisagent d’obtenir un prêt de consolidation incluant le montant du prêt étudiant) doivent se rappeler, lors de l’évaluation de l’avantage de tout taux d’intérêt préférentiel offert par une institution financière, de tenir compte de la perte du crédit d’impôt pour intérêts sur les prêts étudiants sur cet emprunt dans les années à venir.

Autres crédits et déductions

Bien que les déductions et les crédits destinés aux étudiants soient plus limités qu’ils ne l’étaient au cours des années d’imposition précédentes, il existe néanmoins quelques crédits et déductions qui, bien qu’ils ne soient pas spécifiquement liés aux études, sont souvent réclamés par les étudiants de niveau postsecondaire, par exemple, les déductions pour frais de déménagement. L’Agence du revenu du Canada publie un guide très utile qui résume la plupart des règles concernant le revenu et les déductions qui peuvent s’appliquer aux étudiants de niveau postsecondaire. La version actuelle de ce guide, intitulé Les étudiants et l’impôt, est disponible sur le site Web de l’ARC en cliquant sur le lien suivant : P105 Les étudiants et l’impôt 2021. Ce guide a été révisé pour la dernière fois en décembre 2021 et il fait référence à l’année d’imposition 2021. Cependant, on peut présumer sans se tromper que les mêmes règles s’appliqueront en 2022.

Skip to content