Repaying Individual Pandemic Benefits

A facemask with money printed on it resting on a wood surface.

The worst of the COVID-19 pandemic which began almost three years ago is now (hopefully) behind us. That doesn’t mean, however, that Canadians aren’t still dealing with the unwelcome consequences of the pandemic, in a number of ways.

One of those long-term consequences relates to pandemic benefits which were paid by the federal government and received by individuals across Canada for income support . Those individual pandemic benefit programs ended several months ago, in May of 2022, and the federal government continues to seek repayment of such benefits by individuals who were either not entitled to receive them, or who received benefits in amounts greater than they were eligible for.

It’s not at all surprising that overpayments of individual pandemic benefits took place, for a number of reasons. While there were undoubtedly individuals who deliberately made fraudulent claims for benefits to which they knew they were not entitled, it’s likely that most instances of benefit overpayments arose for other reasons. The first such reason is the sheer number of Canadians who received such benefits. According to Statistics Canada, more than two thirds of adult Canadians benefited from at least one pandemic relief program in 2020 alone. As well, in the first six months of the pandemic (March to September 2020) a single program – the Canada Emergency Response Benefit (CERB) – provided income to over one quarter of Canadian adults. Second, as the pandemic continued, the CERB was replaced by, in turn, the Canada Recovery Benefit, the Canada Recovery Caregiving Benefit, the Canada Recovery Sickness Benefit, and the Canada Worker Lockdown benefit. Given that each of these programs had its own eligibility criteria and benefit periods, confusion and error over eligibility for benefits at any particular time wasn’t just likely, it was almost inevitable. Third, the largest individual pandemic benefit program – the CERB – was administered simultaneously by two different federal government entities – the Canada Revenue Agency (CRA) and Employment and Social Development Canada. Consequently, there were possibly instances in which an individual claimed and received amounts from both entities, not understanding that the same benefit was incorrectly being paid twice. As well, eligibility for pandemic benefits depended, in some instances, on whether an individual was already receiving Employment Insurance benefits, leading to more confusion. And, finally, especially in the early days of the pandemic, individuals who applied for pandemic benefits self-certified their eligibility as part of the online application process. In the interests of getting such benefits into the hands of suddenly unemployed Canadians as quickly as possible, there was no further verification process carried out to determine whether recipients were, in fact, entitled to the benefits claimed and paid.

Regardless of the reasons why an overpayment of benefits occurred, such overpayments must now be repaid. However, in light of the factors outlined above, the federal government has made two decisions with respect to such required repayments. The first such decision is only individuals who received an overpayment of benefits through intentional fraud will face “additional” unspecified consequences – likely in the form of interest and penalties, or even legal consequences. The second decision is that while individuals who received benefit overpayments through innocent error or misunderstanding will be required to repay any overpayment of benefits, there will be no interest charges levied on any of the amounts which they must repay.

The list of benefit programs for which repayment of overpayments will be required is as follows.

  • Canada Emergency Response Benefit;
  • Canada Emergency Student Benefit;
  • Canada Recovery Benefit;
  • Canada Recovery Caregiving Benefit;
  • Canada Recovery Sickness Benefit;
  • Canada Worker Lockdown Benefit.

There are, as well, tax consequences to both receipt and repayment of benefits. Benefits paid under each of these programs constituted taxable income to the recipient and would have been included on a T4A slip issued by the federal government for the tax year in which the benefits were received. Those amounts would have been reported as income on the tax return for that year, and income tax paid on those amounts by the benefit recipient.

Where benefit amounts received in previous years (and on which income tax was paid) are repaid to the federal government, the person who made those repayments is entitled to claim a deduction for the repayment amount on his or her tax return.

Where a repayment is made between January 1, 2021 and December 31, 2022, the taxpayer can choose which tax year to claim that deduction from income or can split the deduction between tax years, whichever gives the best tax result. Where a repayment is made after the end of 2022, however, the deduction can be claimed only in the year that the repayment is made.

The specific rules with respect to deductions claimed for repayments made during 2021 and 2022 are as follows.

For benefit repayments made in 2021, the taxpayer may:

  • claim the deduction on the 2021 tax return;
  • claim the deduction on the 2020 tax return if he or she received the amount in 2020;
  • split the deduction between the 2020 and 2021 tax returns if he or she received the amount in 2020.

For benefit repayments made in 2022, the taxpayer may:

  • claim the deduction on the 2022 tax return;
  • claim the deduction on the tax return for the year he or she received the benefit (2020 or 2021);
  • split the deduction between tax returns.

In January of 2023, the Canada Revenue Agency will be issuing a new form – Form T1B Request to Deduct Federal COVID-19 Benefits Repayment in a Prior Year – which will make it easier for taxpayers to claim a repayment made in 2022 as a deduction on a tax return for a prior tax year.

Not surprisingly, the federal government is making it as easy as possible for Canadians to repay benefit overpayments, by providing them with multiple options when it comes to making such repayments. Repayments can be paid online, on the website of the CRA or the taxpayer’s financial institution. Payments can also be sent by mail, in the form of a cheque or money order (not cash), and any such cheque or money order should be made payable to the Receiver General of Canada. Additionally, repayments can be made at a Canada Post location, using a debit card, with cash, or by using a QR code, which can be downloaded from the CRA website.

Given current economic conditions and the length of time which has passed since some of these benefit payments were made, there will likely be many instances in which benefit recipients will be unable to make immediate repayment in full. In such circumstances, the CRA is willing to receive such repayments over time, under the terms of a payment arrangement with the taxpayer. Once again, no interest charges will be levied on outstanding repayment obligations.

The CRA recently posted on its website detailed information on its current COVID-19 benefit repayment policies and procedures. That information can be found at https://www.canada.ca/en/revenue-agency/services/payments-cra/individual-payments/repay-covid-benefits.html.


Remboursement de prestations liées à la pandémie pour les particuliers (décembre 2022)

Le pire de la pandémie de COVID-19 qui a débuté il y a presque trois ans est (avec un peu de chance) derrière nous. Toutefois, cela ne signifie pas que les Canadiens ne sont pas toujours aux prises avec les conséquences importunes de la pandémie, et ce, de plusieurs façons.

L’une des conséquences à long terme concerne les prestations liées à la pandémie qui ont été versées par le gouvernement fédéral et reçues par des particuliers à travers le Canada en guise de soutien du revenu. Ces programmes de prestations liées à la pandémie pour les particuliers ont pris fin il y a plusieurs mois, en mai 2022, et le gouvernement fédéral cherche toujours à récupérer ces prestations auprès des particuliers qui n’avaient pas le droit de les recevoir ou qui ont reçu des prestations d’un montant supérieur à celui auquel ils avaient droit.

Le fait que des prestations liées à la pandémie pour les particuliers aient été versées en trop n’est pas du tout surprenant, et ce, pour plusieurs raisons. S’il ne fait aucun doute que certains particuliers ont délibérément présenté des demandes de prestations frauduleuses pour obtenir des prestations auxquelles ils savaient ne pas avoir droit, il est probable que la plupart des cas de prestations versées en trop l’ont été pour d’autres motifs. La première de ces raisons est le nombre considérable de Canadiens qui ont touché ces prestations. Selon Statistique Canada, plus des deux tiers des adultes canadiens ont bénéficié d’au moins un programme d’aide lié à la pandémie en 2020 seulement. De plus, au cours des six premiers mois de la pandémie (mars à septembre 2020), un seul programme – la Prestation canadienne d’urgence (PCU) – a permis à plus du quart des adultes canadiens de toucher un revenu. Deuxièmement, à mesure que la pandémie se poursuivait, la PCU a été remplacée, tour à tour, par la Prestation canadienne de la relance économique, la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants, la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique et la Prestation canadienne pour les travailleurs en cas de confinement. Compte tenu du fait que chacun de ces programmes avait ses propres critères d’admissibilité et ses propres périodes de prestations, la confusion et les erreurs relatives à l’admissibilité aux prestations n’étaient pas seulement probables, elles étaient presque inévitables. Troisièmement, le plus important programme de prestations liées à la pandémie pour les particuliers – la PCU – était administré simultanément par deux entités distinctes du gouvernement fédéral, soit l’Agence du revenu du Canada (ARC) et Emploi et Développement social Canada. Par conséquent, il est possible qu’un particulier ait demandé et reçu des montants des deux entités, sans se rendre compte que la même prestation était indûment versée deux fois. De plus, l’admissibilité aux prestations liées à la pandémie dépendait, dans certains cas, du fait qu’une personne recevait déjà des prestations d’assurance-emploi, ce qui a semé davantage la confusion. Et enfin, particulièrement au tout début de la pandémie, les particuliers qui demandaient des prestations liées à la pandémie attestaient eux-mêmes de leur admissibilité dans le cadre du processus de demande en ligne. Pour que les Canadiens soudainement sans emploi reçoivent ces prestations le plus rapidement possible, aucun autre processus de vérification n’a été mis en œuvre pour déterminer si les bénéficiaires avaient réellement droit aux prestations demandées et versées.

Quelles que soient les raisons pour lesquelles des prestations ont été versées en trop, ces versements excédentaires doivent maintenant être remboursés. Toutefois, à la lumière des facteurs décrits ci-dessus, le gouvernement fédéral a pris deux décisions concernant ces remboursements obligatoires. La première de ces décisions prévoit que seules les personnes ayant reçu des prestations excédentaires en raison d’une fraude intentionnelle devront faire face à des conséquences « supplémentaires » non précisées – probablement sous forme d’intérêts et de pénalités, ou même de conséquences judiciaires. La deuxième décision prévoit que les particuliers qui ont reçu des prestations en trop en raison d’une erreur commise de bonne foi ou d’un malentendu devront rembourser tout versement excédentaire de prestations, mais qu’aucun intérêt ne sera perçu sur les montants à rembourser.

La liste des programmes de prestations pour lesquels le remboursement de versements excédentaires sera exigé se trouve ci-dessous.

  • Prestation canadienne d’urgence;
  • Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants;
  • Prestation canadienne de la relance économique;
  • Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants;
  • Prestation canadienne de maladie pour la relance économique;
  • Prestation canadienne pour les travailleurs en cas de confinement.

Le fait de recevoir et de rembourser les prestations entraîne également des conséquences fiscales. Les prestations versées dans le cadre de chacun de ces programmes constituaient un revenu imposable pour le bénéficiaire et ont été incluses sur un feuillet T4A émis par le gouvernement fédéral pour l’année d’imposition au cours de laquelle les prestations avaient été reçues. Ces montants ont été déclarés en tant que revenu dans la déclaration de revenus de cette année-là, et l’impôt sur le revenu a été payé sur ces montants par le bénéficiaire de la prestation.

Lorsque les montants des prestations reçus lors des années précédentes (et sur lesquels de l’impôt sur le revenu a été payé) sont remboursés au gouvernement fédéral, la personne qui a effectué ces remboursements peut demander une déduction pour le montant du remboursement dans sa déclaration de revenus.

Lorsqu’un remboursement est effectué entre le 1er janvier 2021 et le 31 décembre 2022, le contribuable peut choisir l’année d’imposition au cours de laquelle cette déduction sur le revenu sera demandée ou peut répartir la déduction entre les années d’imposition, en fonction de ce qui donne le meilleur résultat fiscal. En revanche, si le remboursement est effectué après la fin de l’année 2022, la déduction ne peut être demandée que pour l’année où le remboursement a été effectué.

Les règles particulières relatives aux déductions demandées pour les remboursements effectués en 2021 et 2022 sont les suivantes.

Pour les remboursements de prestations effectués en 2021, le contribuable peut :

  • demander la déduction sur la déclaration de revenus 2021;
  • demander la déduction sur la déclaration de revenus de 2020 s’il a reçu le montant en 2020;
  • répartir la déduction entre les déclarations de revenus de 2020 et de 2021 si le montant a été reçu en 2020.

Pour les remboursements de prestations effectués en 2022, le contribuable peut :

  • demander la déduction sur la déclaration de revenus 2022;
  • demander la déduction sur la déclaration de revenus de l’année où la prestation a été reçue (2020 ou 2021);
  • répartir la déduction entre les déclarations de revenus.

En janvier 2023, l’Agence du revenu du Canada émettra un nouveau formulaire – le formulaire T1B, Demande de déduction du remboursement des prestations fédérales liées à la COVID-19 dans une année précédente – ce qui permettra aux contribuables de déduire plus facilement un remboursement effectué en 2022 dans une déclaration de revenus d’une année d’imposition précédente.

Sans surprise, le gouvernement fédéral fait en sorte que les Canadiens puissent rembourser le plus facilement possible les prestations versées en trop en mettant à leur disposition de multiples options pour effectuer ces remboursements. Les remboursements peuvent être effectués en ligne, sur le site Internet de l’ARC ou à l’institution financière du contribuable. Les paiements peuvent également être envoyés par la poste, sous forme de chèque ou de mandat (pas d’argent comptant), et tout chèque ou mandat doit être payable à l’ordre du receveur général du Canada. De plus, les remboursements peuvent être effectués dans un bureau de Postes Canada, avec une carte de débit, avec de l’argent comptant ou en utilisant un code QR, qui peut être téléchargé à partir du site Internet de l’ARC.

Compte tenu des conditions économiques actuelles et du laps de temps qui s’est écoulé depuis que certains de ces paiements de prestations ont été effectués, il y aura probablement de nombreux cas où les bénéficiaires de prestations ne seront pas en mesure d’effectuer un remboursement immédiat et intégral. Dans de telles circonstances, l’ARC est disposée à recevoir ces remboursements au fil du temps, selon les modalités d’un arrangement de paiement conclu avec le contribuable. Encore une fois, aucun intérêt ne sera perçu sur les obligations de remboursement en cours.

L’ARC a récemment publié des renseignements détaillés sur ses politiques et ses procédures de remboursements de prestations liées à la COVID-19 sur son site Internet. Ces renseignements sont disponibles en cliquant sur le lien suivant : Paiements à l’ARC – Rembourser des prestations liées à la COVID-19 (canada.ca).