Reducing the 2022 Tax Bill – Some Tax Filing Strategies for Those Over Age 65

An elderly man holds an elderly woman. The backdrop is outdoors with a tree.

2022 was a year of almost unrelenting bad financial news for Canadians, but perhaps no group was more affected by those changes than retirees who rely on income from unindexed pensions and from returns on invested savings. Most such retirees saw the value of their investments decline, as the S&P/TSX Composite Index dropped by over 8% during 2022. At the same time retirees had to cope with inflationary increases in the cost of most goods, including double digit percentage increases in the cost of food. Those who owned their own homes saw the value of those homes drop, on average, by 12% between December 2021 and December 2022. And, finally, retirees who carried debt were likely to be paying significantly more interest on that debt by the end of 2022 than they were at the beginning of the year.

With the 2022 calendar year behind us, those retirees must now prepare to file their tax returns for that year and face the prospect of having a tax bill to pay. Income tax is a big-ticket item for most retired Canadians and, especially for those who are no longer paying a mortgage, the annual tax bill may be the single biggest expenditure they are required to make each year. Fortunately, there is some good news for such retirees, as the Canadian tax system provides a number of tax deductions and credits available only to those over the age of 65 (like the age credit) or only to those receiving the kinds of income usually received by retirees (like the pension income credit), in order to help minimize that tax burden. What follows is an outline of the most common such deductions and credits which may be claimed by those over 65.

Most tax savings strategies (like charitable contributions) require an expenditure on the part of the taxpayer and must be completed prior to the end of the tax year. That’s not the case with any of the following tax saving credits, which simply need to be claimed on the annual return to filed in the spring of 2023.

Age credit

All Canadians who were age 65 or older at the end of 2022 can claim the age credit on their tax return for the year. For 2022, that credit amount is $7,898 which, when converted to a tax credit, reduces federal tax by $1,184.70.

While the age credit can be claimed by anyone aged 65 or older, the amount of credit claimable is reduced where the taxpayer’s income for 2022 was more than $39,826. Where that is the case, the available credit is reduced by 15% for each dollar of income over that $39,826 threshold amount.

Pension income credit

Most Canadians who are aged 65 or older receive income some kind of private pension income which would qualify for the pension income credit. For purposes of that credit, amounts received from an employer-sponsored pension plan qualify, but so too do amounts received from a registered retirement savings plan (RRSP) or a registered retirement income fund (RRIF). Amounts received from government-sponsored retirement income plans (like the Canada Pension Plan or Old Age Security) do not, however, qualify.

Where the taxpayer receives amounts that qualify as pension income for purposes of the pension income credit, the first $2,000 of such income is effectively exempt from federal tax. In addition, unlike the age credit, the total income of the taxpayer does not limit a claim for the pension income credit in any way.

Disability tax credit

It’s not necessary to be over the age of 65 in order to claim the disability tax credit, but many taxpayers who are in that age group may be able to qualify. The DTC cannot be claimed on the annual tax return, however, unless an individual has previously been approved by the Canada Revenue Agency as someone who meets the required criteria.

In order to be approved as someone eligible to claim the disability tax credit, an individual must generally have significant loss of function in specified activities necessary for daily life, like vision or mobility. The process for being approved as eligible for the disability tax credit is not a quick one and so is unlikely to be claimable for 2022 by anyone who has not already been approved by the CRA.

However, taxpayers who believe that they may qualify should consider starting the process of applying for such approval. That process generally starts with an individual’s health care provider, who can complete the necessary form detailing the extent of the individual’s loss of function. While the process takes months, starting now could mean, where the application is approved, that the DTC can be claimed on the return for 2023.

The DTC is a significant credit, as the credit amount for 2022 is $8,870, and the reduction in federal tax payable is $1,330.50.  

Pension income splitting

The credits listed above are generally flagged on the annual return form or in the tax guide. There is, however, another income tax saving strategy available to older Canadians, but it is not nearly as well known and, unfortunately, isn’t readily apparent from either the tax return form or the annual income tax guide. That tax saving strategy is pension income splitting and it’s likely the case that many taxpayers who could benefit aren’t familiar with the strategy, especially if they are not receiving professional tax planning or tax return preparation advice.

That’s a particularly unfortunate reality because pension income splitting has the potential to generate more tax savings among taxpayers over the age of 65 (and certainly those over the age of 71, for whom RRSP contributions are no longer possible) than just about any other tax planning strategy available to older Canadians. And, unlike most tax saving strategies, pension income splitting does not require any expenditure of funds or any advance planning on the part of the taxpayer.

When described in those terms, pension income splitting can sound like one of those “too good to be true” tax scams, but that’s not the case. Essentially, what pension income splitting offers is a government-sanctioned opportunity for Canadian residents who are married (and, usually, where one spouse is aged 65 or older) to make a notional reallocation of private pension income between them on their annual tax returns, and to benefit from a lower overall family tax bill as a result.

Pension income splitting, like all forms of income splitting, works because Canada has what is called a “progressive” tax system, in which the applicable tax rate goes up as income rises. For 2022, the federal tax rate applied to about the first $50,000 of taxable income is 15%, while the federal rate applied to approximately the next $50,000 of such income is 20.5%. So, an individual who has $100,000 in taxable income would pay federal tax of about $17,750: if that $100,000 was divided equally between such individual and his or her spouse, each would have $50,000 in taxable income and federal tax payable of $7,500 each. The total federal family tax bill would be $15,000, meaning a permanent federal tax savings of $2,750.

The general rule with respect to pension income splitting is that a taxpayer who receives private pension income during the year is entitled to allocate up to half that income (without any dollar limit) to his or her spouse for tax purposes. In this context, private pension income means a pension received from a former employer and, where the income recipient is age 65 or older, payments from an annuity, an RRSP, or an RRIF. Government source pensions, like the Canada Pension Plan, Quebec Pension Plan, or Old Age Security payments do not qualify for pension income splitting, regardless of the age of the recipient.

The mechanics of pension income splitting are relatively simple. There is no need to transfer funds between spouses or to make any change in the actual payment or receipt of qualifying pension amounts, and no need to notify a pension administrator. Taxpayers who wish to split eligible pension income received by either of them must each file Form T1032, Joint Election to Split Pension Income, with their annual tax return. That form for the 2022 tax year, which is not included in the annual tax return package, can be found on the Canada Revenue Agency website at https://www.canada.ca/en/revenue-agency/services/forms-publications/forms/t1032.html or can be ordered by calling 1-800-959 8281.

On the T1032, the taxpayer receiving the private pension income and the spouse with whom that income is to be split must make a joint election to be filed with their respective tax returns for 2022. Since the splitting of pension income affects the income and therefore the tax liability of both spouses, the election must be made and the form filed by both spouses – an election filed by only one spouse or the other won’t suffice. In addition to filing the T1032, the spouse who is actual recipient of the pension income to be split must deduct from income the pension income amount allocated to his or her spouse. That deduction is taken on Line 21000 of their 2022 return. And, conversely, the spouse to whom the pension income amount is being allocated is required to add that amount to their income on the return, this time on Line 11600. Essentially, to benefit from pension income splitting, all that’s needed is for each spouse to file a single form with the CRA and to make a single entry on their 2022 tax return.

By the end of February or early March, taxpayers will have received (or downloaded) the information slips which summarize the income received from various sources during 2022. At that time, couples who might benefit from this strategy can review those information slips and calculate the extent to which they can make a dent in their overall tax bill for the year through pension income splitting.

Those wishing to obtain more information on pension income splitting than is available in the 2022 General Income Tax and Benefit Guide should refer to the CRA website at http://www.cra-arc.gc.ca/pensionsplitting/, where more detailed information is available.


Réduire l’impôt à payer pour l’année 2022 – quelques stratégies liées à la production de déclarations de revenus pour les personnes âgées de plus de 65 ans (février 2023)

L’année 2022 a été ponctuée par de mauvaises nouvelles financières à répétition pour les Canadiens, mais aucun groupe n’a été plus touché par ces changements que les retraités qui dépendent des revenus provenant de pensions non indexées et du rendement de l’épargne investie. La plupart de ces retraités ont vu la valeur de leurs placements diminuer, l’indice composé S&P/TSX ayant chuté de plus de 8 % au cours de l’année 2022. Parallèlement, les retraités ont dû faire face à des augmentations inflationnistes des prix de la plupart des biens, dont des hausses en pourcentage à deux chiffres du coût des denrées alimentaires. Ceux qui sont propriétaires de leur résidence ont vu la valeur de celle-ci baisser en moyenne de 12 % entre décembre 2021 et décembre 2022. Et enfin, les retraités qui avaient des dettes étaient susceptibles de payer beaucoup plus d’intérêt sur ces dernières à la fin de 2022 qu’au début de l’année.

Maintenant que l’année civile 2022 est derrière nous, ces retraités doivent se préparer à produire leur déclaration de revenus pour cette année-là et faire face à la perspective d’avoir de l’impôt à payer. L’impôt sur le revenu est un poste de dépenses important pour la plupart des retraités canadiens et peut être la dépense la plus importante à assumer chaque année, particulièrement pour ceux qui ne paient plus d’hypothèque. Heureusement, il y a de bonnes nouvelles pour ces retraités, car le système fiscal canadien prévoit un certain nombre de déductions et de crédits d’impôt réservés aux personnes âgées de plus de 65 ans (comme le crédit en raison de l’âge) ou aux personnes qui reçoivent les types de revenus habituellement touchés par les retraités (comme le crédit pour revenu de pension) afin de minimiser ce fardeau fiscal. Voici un aperçu des déductions et des crédits les plus courants qui peuvent être demandés par les personnes âgées de plus de 65 ans.

La plupart des stratégies d’économie fiscale (comme les dons de charité) nécessitent une dépense de la part du contribuable et doivent être achevées avant la fin de l’année d’imposition. Ce n’est pas le cas des crédits d’impôt suivants, qu’il suffit de demander dans la déclaration annuelle qui sera produite au printemps 2023.

Crédit en raison de l’âge

Tous les Canadiens qui étaient âgés de 65 ans ou plus à la fin de l’année 2022 peuvent demander le crédit en raison de l’âge dans leur déclaration de revenus de l’année. Pour 2022, le montant de ce crédit est de 7 898 $ qui, une fois converti en crédit d’impôt, réduit l’impôt fédéral de 1 184,70 $.

Bien que toute personne âgée de 65 ans ou plus puisse demander le crédit en raison de l’âge, le montant du crédit pouvant être demandé est réduit lorsque le revenu du contribuable pour l’année 2022 était supérieur à 39 826 $. Dans un tel cas, le crédit offert est réduit de 15 % pour chaque dollar de revenu excédant ce seuil de 39 826 $.

Crédit pour revenu de pension

La plupart des Canadiens âgés de 65 ans ou plus reçoivent un revenu provenant d’un régime de retraite privé qui donne droit au crédit pour revenu de pension. Aux fins de ce crédit, les montants reçus d’un régime de retraite d’employeur sont admissibles, et il en est de même pour les montants reçus d’un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ou d’un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR). Les montants reçus des régimes de revenus de retraite gouvernementaux (comme le Régime de pensions du Canada ou la Sécurité de la vieillesse) n’y donnent toutefois pas droit.

Lorsque le contribuable reçoit des montants qui sont admissibles aux fins du crédit pour revenu de pension, la première tranche de 2 000 $ de ce revenu n’est effectivement pas assujettie à l’impôt fédéral. De plus, contrairement au crédit en raison de l’âge, le revenu total du contribuable ne limite aucunement le droit au crédit pour revenu de pension.

Crédit d’impôt pour personnes handicapées

Il n’est pas nécessaire d’avoir de plus de 65 ans pour demander le crédit d’impôt pour personnes handicapées, mais de nombreux contribuables appartenant à ce groupe d’âge peuvent y être admissibles. Le CIPH ne peut toutefois pas être demandé dans la déclaration de revenus annuelle, à moins que l’Agence du revenu du Canada ait préalablement établi le particulier comme étant une personne répondant aux exigences.

Afin de recevoir l’approbation pour demander le crédit d’impôt pour personnes handicapées, un particulier doit généralement avoir une perte de fonction importante relativement à des activités spécifiques nécessaires à la vie quotidienne, comme la vue ou la mobilité. Le processus d’approbation de l’admissibilité au crédit d’impôt pour personnes handicapées est long; il est donc peu probable qu’une personne qui n’a pas déjà reçu l’approbation de l’ARC puisse demander le crédit d’impôt pour l’année 2022.

Toutefois, les contribuables qui croient être admissibles devraient entreprendre le processus de demande d’approbation. Ce processus est généralement entamé par le professionnel de la santé traitant le contribuable, qui peut remplir le formulaire nécessaire détaillant l’étendue de la perte de fonction du contribuable. Même si le processus prend des mois, cela pourrait signifier, s’il est entamé maintenant et si la demande est approuvée, que le CIPH pourra être demandé dans la déclaration de 2023.

Le CIPH est un crédit considérable, dont le montant pour 2022 est de 8 870 $ et la réduction de l’impôt fédéral à payer est de 1 330,50 $.

Fractionnement du revenu de pension

Les crédits énumérés ci-dessus sont généralement signalés sur le formulaire annuel de déclaration de revenus ou dans le guide d’impôt. Il existe toutefois une autre stratégie d’économie d’impôt pour les Canadiens âgés, mais elle n’est pas aussi bien connue et, malheureusement, elle n’est pas facile à repérer sur le formulaire de déclaration de revenus ou dans le guide d’impôt annuel. Cette stratégie d’économie d’impôt est celle du fractionnement du revenu de pension, et il est probable que de nombreux contribuables qui pourraient en bénéficier ne la connaissent pas, surtout s’ils ne sont pas conseillés par un professionnel de la planification fiscale ou de la préparation de déclarations de revenus.

Cela est particulièrement regrettable, car le fractionnement du revenu de pension a le potentiel de générer plus d’économies d’impôt chez les contribuables de plus de 65 ans (et certainement chez ceux de plus de 71 ans, pour qui il n’est plus possible de cotiser à un REER) que n’importe quelle autre stratégie de planification fiscale à la disposition des Canadiens âgés. Et contrairement à la plupart des stratégies d’économie d’impôt, aucune dépense ni aucune planification préalable ne sont requises de la part du contribuable pour procéder au fractionnement du revenu de pension.

Lorsque décrit ainsi, le fractionnement du revenu de pension peut faire penser à l’une de ces arnaques fiscales qui semblent « trop belles pour être vraies », mais ce n’est pas le cas. Essentiellement, les résidents canadiens mariés (et, généralement, quand l’un des conjoints est âgé de 65 ans ou plus) ont la possibilité, avec l’aval du gouvernement, de procéder à une réaffectation théorique du revenu de pension privée entre eux dans leur déclaration de revenus annuelle et de voir ainsi le montant global de l’impôt sur le revenu familial diminuer.

Le fractionnement du revenu de pension, comme toutes les formes de fractionnement du revenu, fonctionne parce que le Canada a ce qu’on appelle un système d’imposition « progressif », selon lequel le taux d’imposition applicable augmente en fonction du revenu. Pour 2022, le taux d’imposition fédéral sur la première tranche de 50 000 $ de revenu imposable est de 15 %, tandis qu’il est de 20,5 % pour la tranche subséquente de 50 000 $. Ainsi, un particulier dont le revenu imposable s’élève à 100 000 $ paiera environ 17 750 $ d’impôt fédéral : si ces 100 000 $ sont divisés en parts égales entre ce particulier et son conjoint, chacun aura un revenu imposable de 50 000 $ et devra payer 7 500 $ d’impôt fédéral. La facture totale de l’impôt fédéral de la famille sera de 15 000 $, soit une économie permanente d’impôt fédéral de 2 750 $.

La règle générale quant au fractionnement du revenu de pension veut qu’un contribuable qui reçoit un revenu de pension privée au cours de l’année ait le droit de répartir jusqu’à la moitié de ce revenu (sans limite de montant) à son conjoint aux fins de l’impôt. Dans ce contexte, on entend par revenu de pension privée une pension versée par un ancien employeur et, lorsque le bénéficiaire du revenu est âgé de 65 ans ou plus, les paiements provenant d’une rente, d’un REER ou d’un FERR. Les pensions gouvernementales, comme les paiements du Régime de pensions du Canada, du Régime de rentes du Québec ou de la Sécurité de la vieillesse, ne sont pas admissibles au fractionnement du revenu de pension, et ce, quel que soit l’âge du bénéficiaire.

Le mécanisme de fractionnement du revenu de pension est relativement simple. Il n’est pas nécessaire de transférer des fonds entre conjoints ni d’apporter des changements au paiement ou à la réception des montants de pension admissibles, et l’administrateur du régime de pension n’a pas à être mis au courant de la démarche. Les contribuables qui souhaitent fractionner le revenu de pension admissible reçu par l’un ou l’autre d’entre eux doivent chacun produire le formulaire T1032, Choix conjoint visant le fractionnement du revenu de pension, avec leur déclaration de revenus annuelle. Il est possible de se procurer le formulaire pour l’année 2022, qui n’est pas compris dans la trousse d’impôt annuelle, sur le site Internet de l’ARC (T1032 Choix visant le fractionnement du revenu de pension pour 2022 [canada.ca]) ou en appelant au 1-800-959 8281.

Sur le formulaire T1032, le contribuable qui touche le revenu de pension privée et le conjoint avec lequel ce revenu doit être fractionné doivent faire un choix conjoint qui doit être joint à leurs déclarations de revenus respectives pour 2022. Puisque le fractionnement du revenu de pension a une incidence sur le revenu et, par conséquent, sur l’impôt à payer par les deux conjoints, le choix doit être fait et le formulaire doit être produit par les deux conjoints; le choix produit par un des deux conjoints ne suffira pas. En plus de produire le formulaire T1032, le conjoint qui est le bénéficiaire véritable du revenu de pension à fractionner doit déduire de son revenu le montant du revenu de pension attribué à son conjoint. Cette déduction est effectuée à la ligne 21000 de la déclaration 2022. Et, à l’inverse, le conjoint à qui le montant de revenu de pension est attribué doit ajouter ce montant à son revenu à la ligne 11600 de sa déclaration. Essentiellement, pour profiter du fractionnement du revenu de pension, il suffit que chaque conjoint produise un seul formulaire auprès de l’ARC et inscrive une seule entrée dans leur déclaration de revenus 2022.

À la fin du mois de février ou au début du mois de mars, les contribuables auront reçu (ou téléchargé) les feuillets de renseignements qui résument les revenus perçus de diverses sources en 2022. À ce stade, les couples qui pourraient bénéficier de cette stratégie pourront examiner ces feuillets de renseignements et calculer jusqu’à quel point ils peuvent réduire leur facture d’impôt globale pour l’année en fractionnant les revenus de pension.

Les personnes qui souhaitent obtenir plus de renseignements sur le fractionnement du revenu de pension que ce qui est énoncé dans le Guide général d’impôt et de prestations 2022 peuvent consulter le site Internet de l’ARC, où l’on trouve des renseignements plus détaillés : Fractionnement du revenu de pension (canada.ca).

Skip to content