Planning for the New First Home Savings Account

A cartoon depicting a family of four standing in front of an orange house.

Just about a year ago, in the 2022-23 budget, the federal government announced a number of measures to help Canadians who are trying to put together a down payment for the purchase a first home. The most significant of those measures was the Tax-Free First Home Savings Account (FHSA) which, as the name implies, allows first time home buyers to save on a tax-assisted basis (within prescribed limits) toward such a purchase.

The FHSA is available to eligible taxpayers starting in the current (2023) tax year. Due to the administrative requirements of putting the new FHSA in place, it will not actually be possible to open such a plan until April 1, 2023. Notwithstanding, Finance Canada has indicated that, for the 2023 tax year, full year contribution limits will apply, regardless of when a new plan is opened during the year.

Contributing to an FHSA

Under the program terms, any resident of Canada who is at least 18 years of age and who has not lived in a home which he or she owns in any of the current or four previous years can open an FHSA and contribute to that plan annually. Planholders will be able to contribute up to $8,000 per year to their plan, regardless of their income for that year. The $8,000 per year contribution must be made by the end of the calendar year, but planholders will be permitted to carry forward unused portions of their annual contribution limit, to a maximum of $8,000. For example, an individual who contributes $4,000 to an FHSA in 2023 would be allowed to contribute $12,000 in 2024 (representing $8,000 in contribution for 2024 plus $4,000 remaining from 2023). Regardless of the schedule on which contributions are made, there is a lifetime limit of $40,000 in contributions for each individual.

The real benefit of the FHSA program lies in the tax treatment of contributions. Individuals who contribute any amount in a year can deduct that amount from income, in the same manner as a registered retirement savings plan (RRSP) contribution. And, as with an RRSP, an individual is not required to claim a deduction for a contribution made during the year – he or she can make that contribution to an FHSA during a particular year, but wait to deduct that amount from income in a future year. When the planholder withdraws funds from the FHSA to purchase a first home, those withdrawal amounts – representing both original contributions and investment income earned by those contributions – are not taxed.

While funds are held within the FHSA, they can be held in cash, or can be invested in a broad range of investment vehicles. Specifically, such funds can be invested in mutual funds, publicly traded securities, government and corporate bonds, and guaranteed investment certificates (GICs). Regardless of the investment vehicle chosen, interest, dividends, or any other type of investment income earned by those funds grows on a tax-free basis – that is, such investment income is not taxed as it is earned.

Withdrawing funds from an FHSA

Given the generous tax treatment accorded contributions to a FHSA, there are inevitably some qualifications and restrictions placed on the use the plans. First, amounts withdrawn from a FHSA can be received tax free only if such withdrawals are “qualifying withdrawals”, meaning that the funds are used to make a qualifying home purchase. In order for a withdrawal to be a “qualifying withdrawal”, the planholder must have a written agreement to buy or build a home (which must be located in Canada) before October 1 of the next year. In addition, the planholder must intend to occupy that home within a year after buying or building it.

Amounts withdrawn from an FHSA and used for any other purpose are not qualifying withdrawals and the funds withdrawn are fully taxable in the year the withdrawal is made.

While Canadians who open an FHSA and make contributions to it are certainly hoping to be able to purchase a home, there are any number of reasons why their plans could change. Fortunately, the rules governing FHSAs provide planholders with a great deal of flexibility when it comes to the disposition of funds saved within an FHSA, in that planholders can transfer all funds held within their FHSA to an RRSP or to a registered retirement income fund (RRIF) on a tax-free basis. Significantly, the amount which is transferred from an FHSA to an RRSP would not reduce or be limited by the individual’s RRSP contribution room. However, transfers made to an RRSP in these circumstances do not replenish FHSA contribution room – in other words, each eligible individual gets only one opportunity to save for the purchase of a first home using a FHSA. And, of course, any amounts transferred from an FHSA to an RRSP or RRIF will be taxable on withdrawal, in the same way as any other RRSP or RRIF withdrawal.

The ability to transfer funds between plans also works in the other direction. Individuals who have managed to accumulate funds within an RRSP will be allowed to transfer such funds to an FHSA (subject to the $8,000 annual and $40,000 lifetime contribution limits). While no deduction is permitted for funds transferred from an RRSP to an FHSA, that transfer does take place on a tax-free basis. Transfers made to an RRSP in these circumstances do not, however, replenish RRSP contribution room.

Closing an FHSA

Individuals who open an FHSA have 15 years from the date the plan is opened to use the funds for a qualifying home purchase. (Taxpayers must also close their FHSA by the end of the year in which they turn 71.) While these rules do place some pressure on planholders with respect to the timing of their home purchase, there is some flexibility. Specifically, planholders who have not made a qualifying home purchase within the required 15-year time frame must then close the FHSA plan, but can still transfer funds held in the FHSA to their RRSP or RRIF, on a tax-free basis.

Finally, the FHSA program is complementary to the existing Home Buyers’ Plan (HBP). Under the HBP, an individual can withdraw up to $35,000 from his or her RRSP and use those funds for the purchase of a first home. Any such funds withdrawn must then be repaid to the RRSP over the next 15 years. The HBP will continue to be available to Canadians – however, an individual will not be permitted to make both an FHSA withdrawal and an HBP withdrawal in respect of the same qualifying home purchase.

The most recent information issued by Finance Canada with respect to the FHSA program can be found on its website at https://www.canada.ca/en/department-finance/news/2022/08/design-of-the-tax-free-first-home-savings-account.


Agir en prévision du nouveau compte d’épargne libre d’impôt pour l’achat d’une première propriété 

Il y a environ un an, dans le budget de 2022-2023, le gouvernement fédéral a annoncé un certain nombre de mesures pour aider les Canadiens qui tentent de faire une mise de fonds pour l’achat d’une première habitation. La plus importante de ces mesures était le compte d’épargne libre d’impôt pour l’achat d’une première propriété, qui, comme son nom l’indique, permet aux acheteurs d’une première maison d’épargner à l’aide de l’impôt (dans les limites prescrites) en vue d’un tel achat.

Le CELIAPP est disponible pour les contribuables admissibles à compter de l’année d’imposition en cours (2023). En raison des exigences administratives liées à la mise en place du nouveau CELIAPP, il ne sera pas possible d’ouvrir un tel régime avant le 1er avril 2023. Quoi qu’il en soit, Finances Canada a indiqué que, pour l’année d’imposition 2023, des plafonds de cotisation pour toute l’année s’appliqueront, peu importe la date d’ouverture d’un nouveau régime au cours de l’année.

Contribuer à un CELIAPP

En vertu des modalités du programme, toute personne résidant au Canada âgée d’au moins 18 ans et n’ayant pas vécu dans une habitation dont elle est propriétaire au cours de l’année en cours ou des quatre années précédentes peut ouvrir un CELIAPP et contribuer annuellement à ce régime. Les titulaires pourront cotiser jusqu’à 8 000 $ par année à leur régime, peu importe leur revenu pour cette année-là. La cotisation de 8 000 $ par année doit être versée avant la fin de l’année civile, mais les titulaires de régime seront autorisés à reporter des parties inutilisées de leur plafond annuel de cotisation, jusqu’à concurrence de 8 000 $. Par exemple, une personne qui contribue 4 000 $ à un CELIAPP en 2023 serait autorisée à verser 12 000 $ en 2024 (ce qui représente 8 000 $ de contribution pour 2024, plus 4 000 $ restants pour 2023). Peu importe le calendrier de versement des cotisations, il y a une limite à vie de 40 000 $ de cotisation pour chaque personne.

Le véritable avantage du CELIAPP réside dans le traitement fiscal des cotisations. Les particuliers qui versent une cotisation d’un montant quelconque au cours d’une année peuvent déduire ce montant de leur revenu, comme avec une cotisation à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER). Et, comme dans le cas d’un REER, une personne n’est pas tenue de demander une déduction pour une cotisation versée au cours de l’année — elle peut verser cette cotisation à un CELIAPP au cours d’une année donnée, mais attendre pour déduire ce montant du revenu d’une année ultérieure. Lorsque le titulaire retire des fonds du CELIAPP pour acheter une première maison, les montants des retraits — qui représentent à la fois les cotisations initiales et les revenus de placement générés par ces cotisations — ne sont pas imposés.

Bien que les fonds soient détenus dans le CELIAPP, ils peuvent l’être sous la forme de liquidités ou être investis dans une vaste gamme d’instruments de placement. Plus précisément, ces fonds peuvent être investis dans des fonds communs de placement, des titres cotés en bourse, des obligations d’État et de sociétés et des certificats de placement garanti (CPG). Quel que soit le moyen de placement choisi, les intérêts, les dividendes ou tout autre type de revenu de placement gagné par ces fonds croissent en franchise d’impôt, c’est-à-dire que ce revenu de placement n’est pas imposé au fur et à mesure qu’il est gagné.

Retirer des fonds d’un CELIAPP

Étant donné le traitement fiscal généreux accordé aux cotisations à un régime d’épargne-retraite, il est inévitable que certaines conditions et restrictions soient imposées à l’utilisation des régimes. Tout d’abord, les montants retirés d’un CELIAPP ne sont exonérés d’impôt que si ces retraits sont des « retraits admissibles », ce qui signifie que les fonds utilisés le sont pour effectuer un achat d’habitation admissible. Pour qu’un retrait soit un « retrait admissible », le titulaire du régime doit posséder une entente écrite pour acheter ou construire une habitation (qui doit être située au Canada) avant le 1er octobre de l’année suivante. De plus, le titulaire doit avoir l’intention d’occuper la maison dans l’année suivant son achat ou sa construction.

Les montants retirés d’un CELIAPP et utilisés à d’autres fins ne constituent pas des retraits admissibles et les fonds retirés sont entièrement imposables l’année où le retrait est effectué.

Bien que les Canadiens qui ouvrent un compte CELIAPP et y contribuent espèrent certainement pouvoir acheter une maison, il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles leurs plans pourraient changer. Heureusement, les règles régissant les CELI offrent aux titulaires une grande souplesse en ce qui a trait à la disposition des fonds épargnés au sein d’un CELIAPP, en ce sens qu’il est possible de transférer tous les fonds détenus dans un CELIAPP dans un REER ou un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) en franchise d’impôt. Il est important de noter que le montant qui est transféré d’un CELIAPP à un REER n’est pas réduit ou limité de quelque façon que ce soit par les droits de cotisation à un REER de la personne. Toutefois, les transferts effectués dans un REER dans ces circonstances ne permettent pas de renflouer les droits de cotisation à un CELIAPP. Autrement dit, chaque personne admissible n’a qu’une seule occasion d’épargner pour l’achat d’une première maison au moyen d’un CELIAPP. Bien entendu, tout montant transféré d’un CELIAPP à un REER ou à un FERR sera imposable au moment du retrait, de la même façon que tout autre retrait provenant d’un REER ou d’un FERR.

La capacité de transférer des fonds d’un régime à l’autre fonctionne également dans une autre direction. Les personnes qui ont réussi à accumuler des fonds dans un REER seront autorisées à transférer ces fonds à un CELIAPP (sous réserve des plafonds de cotisation annuels de 8 000 $ et de 40 000 $ à vie). Bien qu’aucune déduction ne soit permise pour les fonds transférés d’un REER à un CELIAPP, ce transfert se fait en franchise d’impôt. Les transferts effectués dans un REER dans ces circonstances ne permettent toutefois pas de regarnir les droits de cotisation à un REER.

Fermer un CELIAPP

Les particuliers qui ouvrent un CELIAPP disposent de 15 ans à partir de la date d’ouverture du régime pour utiliser les fonds pour acheter une propriété admissible. (Les contribuables doivent également fermer leur CELIAPP avant la fin de l’année de leur 71e anniversaire.) Bien que ces règles exercent une certaine pression sur les titulaires de régime en ce qui concerne le moment de l’achat de leur propriété, il y a une certaine souplesse. Plus précisément, les titulaires qui n’ont pas fait l’achat d’une résidence admissible dans le délai requis de 15 ans doivent ensuite fermer le régime d’épargne-retraite à long terme, mais peuvent tout de même transférer les fonds détenus dans le régime d’épargne-retraite à long terme à leur REER sans avoir à payer de l’impôt, et sans être limité par le montant des droits de cotisation à un REER.

Enfin, l’instrument d’épargne que représente le CELIAPP est complémentaire au Régime d’accession à la propriété (RAP) existant. En vertu de ce régime, une personne peut retirer jusqu’à 35 000 $ de son REER et utiliser ces fonds pour l’achat d’une première maison. Les fonds retirés doivent ensuite être remboursés au REER au cours des 15 prochaines années. Le Régime d’accession à la propriété continuera d’être offert aux Canadiens. Toutefois, une personne ne sera pas autorisée à effectuer à la fois un retrait au titre du CELIAPP et un retrait au titre du RAP à l’égard d’un même achat d’habitation admissible.

L’information la plus récente publiée par Finances Canada au sujet de la conception du CELIAPP se trouve sur son site Web à l’adresse suivante : Conception du compte d’épargne libre d’impôt pour l’achat d’une première propriété.