Managing Debt in a Rising Interest Rate Environment

An illustration of the word Debt. Attached to the D is a chain, which has a shackle and lock at the other end.

Since 2009, Canadians have been living (and borrowing) in an ultra-low-interest-rate environment. Between January 2009 and January 2022, the bank rate (from which commercial interest rates are determined) was (except for a brief period in 2018) never higher than 1.50% – and was almost always lower than that.  Effectively, adult Canadians who are now under the age of 35 have had no experience of managing their finances in high – or even, by historical standards, ordinary – interest rate environments.

That prolonged period of low interest rates (which coincided, not surprisingly, with an explosion in the amount of debt taken on by Canadians) came to an abrupt halt in the early part of this year. The Bank of Canada increased interest rates in March, and followed that up with successively larger interest rate increases in April, June, and July. As a result of those increases, the bank rate has, in the last five months, gone from .50% to 2.75% – nearly a six-fold increase – and commercial interest rates on all credit products have increased commensurately.

Unfortunately, it isn’t likely that Canadians can anticipate any interest rate relief in the short-term. The Bank of Canada has made it clear in its public announcements that it is committed to reducing the current inflation rate of around 8% to the Bank’s 2% core inflation rate target, and that one of its major tools to effect that reduction is increases in interest rates. In its latest press release on the subject, the Bank projections were that the rate of inflation would be “returning to the 2% target by the end of 2024”.

The impact of the recent rapid increase in interest rates on average Canadians can’t really be overstated. A common measure of individual indebtedness is the ratio of debt to disposable income – in other words, the percentage represented by the amount of debt to the debtor’s annual income. In the fall of 2005, the ratio of debt to disposable income for an average Canadian family stood at 93%. In the first quarter of 2022, that ratio stood at just less than double that amount, or 183%. In other words, on average, the debt load carried by Canadians is now just under twice their annual income.

Of course, what matters most to individuals is not necessarily the size of the debt they are carrying, but the cost of servicing that debt – the amount of the monthly credit card, line of credit, or mortgage payments – all of which will, of course, increase as interest rates go up. For several years, financial advisors and government and banking officials have been sounding warnings that the debt loads which Canadians were carrying were likely sustainable only at the extremely low interest rates then in effect. Their concern was that when, inevitably, those rates returned to historically “normal” levels the burden of repaying, or even servicing, those debts would be unsustainable. And that time has come.

Given that those are the unavoidable current and future realities, it’s necessary to consider what strategies are available to Canadians who are carrying substantial amounts of debt on how to manage the upcoming months and possibly years of increased interest charges.

In considering available strategies, it’s important to draw a distinction between secured and unsecured debt. Put simply, the former is debt which is secured by the value of an underlying asset and, if the debtor fails to make payments on the debt, the lender is entitled to seize that underlying asset and sell it to satisfy any outstanding debt amount owed. The types of secured debt most familiar to Canadians are, of course, a mortgage or a car loan. Unsecured debt, on the other hand, is provided solely on the strength of the borrower’s promise to repay, and credit cards are the most common example of unsecured debt owed by Canadians.

While any type of debt can cause problems for borrowers, when interest rates go up it’s usually those who are carrying unsecured debt who are the first to feel the pinch. Not only is the rate of interest payable on unsecured debt higher than that imposed on secured debt, the interest rate on unsecured debt is usually a “variable” rate, meaning that it will go up with every increase in the bank rate. And, of course, debtors whose debt is secured by an underlying asset and who find that carrying that debt is no longer manageable always have the option of selling that asset and using the proceeds to retire the outstanding balance of the loan – an option that isn’t available when it comes to unsecured debt.

For those who are carrying outstanding debt, the obvious advice is to get the debt paid down as quickly as possible. That is, however, easier said than done, especially when the interest component of the debt is increasing.

Even where repayment of the debt over the short-term isn’t a realistic expectation, such individuals do, however, have some options, as outlined below.

Liquidating assets

Because interest rates have been so low in recent years, it’s become relatively common to carry debt even when the debtor has sufficient assets to pay off that debt. In many cases, individuals have borrowed money for the purpose of investing it, on the assumption that the interest payable would be less than the investment gains earned. That may no longer be a valid assumption. Where someone who is carrying unsecured debt has an asset or assets that can be sold, it makes sense to first consider whether it makes sense to use the proceeds from the sale of such assets to clear the debt.

Paying off debt from savings

While tapping into retirement savings should be a last resort, individuals carrying unsecured debt could consider using funds held in a TFSA or just in a savings account to pay off or pay down the debt, and thereby reduce or eliminate carrying charges on that debt.

Reducing the interest rate payable

Where there are not sufficient assets available to eliminate unsecured debt, the next step would be to consider trying to lower the rate of interest being charged on that debt. Much unsecured debt owed by Canadians is in the form of credit card debt, which carries some of the highest interest rates around. Often debt carried on credit cards can be consolidated into a single bank loan or line of credit at a lower rate of interest.

Fixing the interest rate payable

If a lower interest rate can’t be obtained, then debtors would be well advised to at least try and prevent future rate increases by fixing the interest rate currently in place. While no one can claim to be able to predict future interest rates with certainty, the Bank of Canada has clearly signaled that interest rates are likely to continue rising. If the debt is in good standing – that is, payments have been made on time and in at least the minimum amount required – it may be possible to transfer the amount owed, either to another credit card with a fixed rate of interest, or to a personal loan with both a fixed rate of interest and a fixed repayment schedule.

Looking for an interest rate holiday

It’s not uncommon for credit card companies, in order to get new customers, to offer an “interest holiday”. Essentially, the offer is that if a debtor transfers an outstanding balance from another card to a new card issued by the soliciting company (or even to a card already held by the debtor), that debt will be interest-free or at a very low rate of interest for a fixed period – usually about six months.

There is a cost associated with such offers – usually around 1% to 3% of the amount transferred. And, of course, such a course of action offers no more than a temporary reprieve from high interest rate charges; but it can be enough to provide the debtor with a little breathing room while more long term or permanent solutions are sought.

Those who are already in financial difficulty in relation to their outstanding debts – unable to make the minimum monthly required payment, or missing payments – require a different approach. Such individuals can obtain debt/credit counselling through any number of non-profit agencies, who can work with them, and with their creditor(s), to create a manageable repayment schedule. More information on the credit counselling process, and a listing of such non-profit agencies, can be found at http://creditcounsellingcanada.ca/.


Gérer une dette alors que les taux d’intérêt augmentent

Depuis 2009, les Canadiens vivent (et contractent des prêts) alors que les taux d’intérêt sont très bas. Entre janvier 2009 et janvier 2022, le taux d’escompte (à partir duquel les taux d’intérêt commerciaux sont déterminés) n’a jamais dépassé la barre de 1,5 % (sauf pendant une courte période en 2018) – et il y était presque toujours inférieur. En vérité, les Canadiens adultes âgés de moins de 35 ans n’ont jamais dû gérer leurs finances alors que les taux d’intérêt sont élevés (ou même ordinaires, si l’on regarde la norme historique).

Cette longue période où les taux d’intérêt étaient bas (qui, sans surprise, a entraîné une explosion des dettes contractées par les Canadiens) a brutalement pris fin au début de cette année. La Banque du Canada a augmenté les taux d’intérêt en mars, puis en avril, en juin et en juillet. Par conséquent, au cours des cinq derniers mois, le taux d’escompte est passé de 0,5 % à 2,75 % (soit un taux près de six fois plus élevé), et les taux d’intérêt commerciaux sur tous les produits achetés à crédit ont augmenté proportionnellement.

Malheureusement, les Canadiens ne peuvent pas s’attendre à voir les taux d’intérêt redescendre à court terme. La Banque du Canada a clairement indiqué dans ses annonces qu’elle s’engageait à réduire le taux d’inflation actuel, qui se situe à près de 8 %, au taux d’inflation de base cible de 2 %. L’un des principaux moyens pour y parvenir est d’augmenter les taux d’intérêt. Dans son dernier communiqué sur le sujet, les projections de la Banque annonçaient un retour au taux d’inflation de 2 % vers la fin de 2024.

L’impact de la récente hausse rapide des taux d’intérêt sur les Canadiens moyens ne peut être surestimé. Généralement, on mesure le niveau d’endettement d’un particulier grâce au rapport entre la dette et le revenu disponible. En d’autres mots, il s’agit du pourcentage représenté par le montant de la dette par rapport au revenu annuel du débiteur. À l’automne 2005, le rapport entre la dette et le revenu disponible d’une famille canadienne moyenne se situait à 93 %. Au premier trimestre de 2022, ce rapport se situait à 183 %, soit un peu moins du double. Autrement dit, le niveau d’endettement des Canadiens est en moyenne d’un peu moins du double de leur revenu annuel.

Bien sûr, ce qui compte le plus pour les particuliers n’est pas nécessairement la taille de leur dette, mais bien le coût de cette dette, c’est-à-dire le montant à payer mensuellement pour la carte de crédit, la marge de crédit ou l’hypothèque. Tous ces montants vont, à l’évidence, augmenter avec les taux d’intérêt. Pendant plusieurs années, les conseillers financiers ainsi que les représentants du gouvernement et les membres de la direction des banques ont lancé des avertissements comme quoi l’endettement des Canadiens semblait viable seulement en raison des taux d’intérêt extrêmement bas à l’époque. Ils s’inquiétaient du fait que, tôt ou tard, ces taux reviendraient à la « normale » historique et que, par conséquent, le remboursement de ces dettes, ou même le service de ces dettes seraient non viables. Et c’est ce qui se produit aujourd’hui.

Puisque nous ne pouvons pas échapper à la réalité, il est nécessaire de réfléchir aux stratégies offertes aux Canadiens dont les dettes sont élevées et à la manière de gérer les mois, voire les années à venir au regard de la hausse des frais d’intérêt.

Lors de l’analyse des stratégies, il est crucial de faire la distinction entre une dette garantie et une dette non garantie. Pour le dire simplement, la première dette est garantie par la valeur d’un actif sous-jacent. Si le débiteur ne peut faire les paiements relatifs à la dette, le prêteur peut saisir cet actif sous-jacent et le vendre afin de couvrir le solde de la dette. L’hypothèque et le prêt automobile sont les principales dettes garanties connues des Canadiens. En contrepartie, une dette non garantie est contractée uniquement en échange de l’engagement de l’emprunteur à rembourser sa dette. Les cartes de crédit sont l’exemple de dette non garantie le plus commun.

Si tout type de dette peut être une source de problèmes pour les emprunteurs, ceux qui ont contracté des dettes non garanties sont les premiers à ressentir les effets de la hausse des taux d’intérêt. Non seulement le taux d’intérêt à payer sur les dettes non garanties est plus élevé que celui imposé sur les dettes garanties, mais il est habituellement « variable », ce qui signifie qu’il subira une hausse dès que le taux d’escompte augmentera. Bien sûr, les débiteurs dont la dette est garantie grâce à un actif sous-jacent peuvent vendre cet actif s’ils ont du mal à gérer la dette. Ils peuvent alors utiliser le produit de la vente pour rembourser le solde du prêt. Malheureusement, ce n’est pas possible avec une dette non garantie.

Concernant les dettes en souffrance, le conseil de base est de payer ces dettes le plus rapidement possible. Toutefois, c’est plus facile à dire qu’à faire, surtout en cas de hausse du taux d’intérêt.

Même si le remboursement de la dette à court terme n’est pas réaliste, quelques possibilités s’offrent aux particuliers.

Liquidation des actifs

Puisque les taux d’intérêt ont été si bas ces dernières années, contracter une dette est devenu plutôt commun, même si le débiteur a suffisamment de capitaux pour payer cette dette. Dans de nombreux cas, des contribuables ont emprunté de l’argent dans le but de l’investir, comptant sur le fait que les intérêts à payer seraient inférieurs aux gains de placement. Assurément, ce n’est plus une option viable. Lorsqu’une personne ayant une dette non garantie possède un ou des actifs qui peuvent être vendus, il convient de se demander d’abord s’il est envisageable d’utiliser le produit de cette vente pour payer la dette.

Payer sa dette grâce à ses économies

Se servir de son épargne-retraite devrait se faire en dernier recours. Toutefois, les particuliers ayant une dette non garantie pourraient utiliser l’argent de leur compte d’épargne libre d’impôt (CELI) ou de leur compte d’épargne pour payer ou réduire leur dette. Ainsi, ils réduiront ou élimineront les frais associés à cette dette.

Réduire le taux d’intérêt à payer

Si les capitaux sont insuffisants pour éliminer une dette non garantie, la prochaine étape serait d’essayer de réduire le taux d’intérêt de cette dette. La plupart des dettes non garanties détenues par les Canadiens proviennent de cartes de crédit, qui exigent les taux d’intérêt les plus élevés qui soient. Souvent, les dettes de carte de crédit peuvent être consolidées en un seul prêt bancaire ou une marge de crédit offrant un taux d’intérêt moins élevé.

Établir le taux d’intérêt à payer

Si l’obtention d’un taux d’intérêt moins élevé est impossible, les débiteurs seraient alors bien avisés d’éviter les futures hausses de taux en retenant le taux d’intérêt établi. Personne ne peut prédire l’avenir quant aux taux d’intérêt, mais la Banque du Canada a clairement annoncé que ces derniers continueront vraisemblablement à augmenter. Si la dette est en règle, c’est-à-dire que les paiements (correspondant au moins au montant minimum dû) ont été faits à temps, il peut être possible de transférer la somme due vers une autre carte de crédit offrant un taux d’intérêt fixe ou vers un prêt personnel, qui offre un taux d’intérêt fixe et un échéancier préétabli.

Chercher un congé d’intérêt

Il n’est pas rare de voir les sociétés de carte de crédit offrir un « congé d’intérêt » dans le but d’élargir leur clientèle. Essentiellement, si un débiteur transfert un solde d’endettement d’une carte de crédit à une nouvelle carte offerte par une société concurrente (ou même à une carte déjà en possession du débiteur), cette dette n’aura aucun intérêt ou un taux d’intérêt très bas pour une période déterminée, soit environ six mois en général.

Il y a un coût à ces offres, qui est habituellement d’environ 1 % à 3 % du montant transféré. Une telle action n’offre qu’un répit temporaire en ce qui a trait aux frais découlant des hauts taux d’intérêt, mais cela peut offrir au débiteur le temps nécessaire pour trouver une solution à long terme ou une solution permanente.

Les personnes en difficulté financière, c’est-à-dire qu’elles sont incapables de payer le montant minimum chaque mois ou manquent des versements, nécessitent une approche différente. Ces personnes peuvent obtenir des conseils sur les dettes et le crédit auprès de nombreux organismes sans but lucratif qui peuvent travailler avec elles, et avec leurs créanciers, pour créer un échéancier de remboursement réaliste. Plus de renseignements sur le processus de conseil en crédit, ainsi qu’une liste de ces organismes sans but lucratif, se trouvent sur le site Web https://creditcounsellingcanada.ca/fr/.