A New Tool for Retirement Income Planning

A clock, stacks of coins, and a jar full of coins with the word Retirement on it sit on a surface with an un-focused leafy green background.

The majority of Canadians who are not members of an employer-sponsored defined benefit registered pension plan save for retirement through a registered retirement savings plan (RRSP). For those Canadians who have accumulated retirement savings in an RRSP, the year in which they turn 71 is decision time. By the end of that year, all RRSPs must be closed, and the RRSP holder must decide whether to transfer his or her accrued savings into a registered retirement income fund (RRIF), or purchase an annuity, or both. (It’s also possible to collapse the RRSP and include all RRSP amounts in income for that year, but such a course of action is rarely advisable from a tax perspective).

Most RRSP holders choose to transfer funds held in an RRSP to an RRIF, and that transfer can be done on a tax-free basis. In addition, investment returns on funds transferred to the RRIF can continue to accrue tax-free. The RRIF holder is, however, required to withdraw a minimum amount each year (based on the RRIF holder’s age and the amount in the RRIF at the start of the year), and that withdrawn amount is taxed as income.

Where the RRSP holder chooses to purchase an annuity, he or she pays a specified lump sum amount to the annuity issuer, usually an insurance company, in exchange for which he or she is guaranteed an annual income of a specified amount for the remainder of his or her life. That income, too, is taxable to the annuity holder.

While each of the available options (RRIF and annuity) has upsides and downsides, the main underlying consideration is the same for both. And that is how to generate enough income to have a comfortable retirement, while still ensuring that savings accrued will last the remainder of one’s life. How, in other words, to avoid the dismal prospect of outliving one’s savings, or spending too much early in retirement and being left with insufficient income to meet one’s expenses late in life? And, of course, it’s impossible to find a definitive answer to that question, since none of us knows what the future holds, in terms of either health or longevity.

Typically, expenses are higher early in retirement, when retirees are likely to be healthier and more active, and retirement plans may include travel and the pursuit of hobbies and interests. However, while such activities and their associated costs likely dwindle as retirees age, other types of expenses come into play – especially expenses related to the need to pay for medical costs, household and personal services, and ultimately, personal and/or medical care in an assisted living facility. The prospect of such future costs can make retirees reluctant to spend accrued savings (or annuity income), out of concern that such funds will be needed in the future to pay for care.

The worry about reaching an age where some degree of care is required (and must be paid for) is an entirely realistic one for retirees. According to Statistics Canada’s figures, the average Canadian who has reached the age of 75 has a life expectancy of another 12 years. And, since that figure represents an average, a significant number of 75-year-olds can expect to live longer than that. Again according to StatsCan figures, there were, in 2021, over 860,000 Canadians aged 85 or older.

With all of these demographic and financial realities in mind, the federal government announced, in 2019, the availability of a new kind of annuity – the advanced life deferred annuity or ALDA. As is the case with all annuities, the annuity issuer agrees, in exchange for receiving a specified lump sum amount, to provide an annual income of a specified amount to the annuitant. The difference, however, is while an ALDA can be taken out at any time, payments under the ALDA can be deferred to as late as the end of the year in which the annuitant turns 85.

For example, a retiree who turns 71 in 2022 and who has accumulated $500,000 in retirement savings could transfer $400,000 from his or her RRSP to an RRIF, and use the remaining $100,000 to purchase an ALDA, under which payments would begin at age 85. The retiree now has the security of knowing that the $400,000 held in the RRIF (plus any additional amounts earned from investment returns) doesn’t need to last for the unknown number of years in his or her remaining life, but instead for a specified period of time (in this case, 14 years), at which time the income stream from the ALDA will begin, and will augment or replace the income from the RRIF.

There is a limit on the amount which can be used to purchase an ALDA. That limit is 25% of the amount held in an individual’s RRSP or RRIF, to a lifetime maximum of (for 2022) $160,000. Taking the example outlined above, the retiree who has accumulated $500,000 in RRSP savings would be using 20% of that amount (or $100,000) to purchase the ALDA, and would be safely under the $160,000 lifetime limit.

While the security provided by such a retirement income structure would certainly be welcome to most retirees, the obvious concern where payments under an annuity are deferred is the possibility that the annuitant won’t live long enough to collect those payments, and that the funds expended to purchase the ALDA will effectively be wasted. There are two options to address that (legitimate) concern. First, an ALDA can be structured as a “joint-life” contract, under which payments will be made to the surviving annuitant (most often the spouse of the ALDA purchaser) for the remainder of his or her life. It’s also possible to structure the ALDA to provide for a lump sum death benefit to be paid to a beneficiary or beneficiaries (for example, the annuitant’s children) on the death of the annuitant.

Being able to have certainty of income for one’s very old age is a major benefit of purchasing an ALDA. There is, however, another benefit to be obtained, and that is income and tax deferral.

As outlined above, individuals who hold savings in an RRSP must collapse that RRSP by the end of the year in which they turn 71 and, in most instances, such individuals open an RRIF and transfer funds held in the RRSP to that RRIF. Once funds are held in an RRIF a specified percentage of those funds must be paid out in each year to the RRIF holder. All such withdrawals constitute taxable income to the holder of the RRIF, and count as income which determines that RRIF holder’s eligibility for certain tax credits and benefits, like the age credit, Old Age Security benefits, and the GST/HST tax credit. Even if the RRIF holder does not actually need the total amount which must be withdrawn, there is no option to withdraw a lesser amount, and all funds withdrawn are treated as taxable income which determine eligibility for tax credits and benefits – with no exceptions.

Where an RRIF holder purchases an ALDA, the amount used for that purchase is no longer included in the total balance on which the required RRIF withdrawal percentage is calculated. Continuing the above example, if the RRIF holder used $100,000 of his or her retirement savings to purchase the ALDA, the amount which he or she would subsequently be required to withdraw from the RRIF each year would be calculated as a percentage of the remaining $400,000 – not the $500,000 which was held in the RRIF prior to the purchase of the ALDA. Both the RRIF holder’s income and his or her tax payable will therefore be lower, and the loss of partial or full eligibility for tax credits and benefits will be less likely.

As is the case with most annuities, the terms of an ALDA (purchase amount, single vs. joint annuity, existence of a death benefit, age at which the income stream begins) are up to the ALDA purchaser and the issuer, as long as the basic tax rules governing such plans are adhered to. Everyone’s financial, health, and tax circumstances are different and, as is the case with any retirement income plan, those particular circumstances will drive the decisions made on the best retirement income structure for that individual. Purchasing an ALDA may be the right approach for some retirees, but not for others –  but for everyone, having that option adds another element of flexibility to retirement income planning.

More information on ALDAs can be found on the federal government website at https://www.budget.gc.ca/2019/docs/tm-mf/si-is-en.html#advanced-life-deferred-annuities.


La majorité des Canadiens qui ne participent pas à un régime de pension agréé à prestations déterminées offert par leur employeur épargnent pour la retraite au moyen d’un régime enregistré d’épargne-retraite (REER). Pour ces Canadiens qui ont épargné pour la retraite dans un REER, l’année où ils atteignent 71 ans est un moment décisif. À la fin de cette année-là, tous les REER doivent être fermés et le titulaire du REER doit décider s’il transfère l’épargne accumulée dans un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR), s’il achète une rente, ou s’il fait les deux. (Il est également possible de fermer le REER et de comptabiliser tous les montants du REER dans le revenu de l’année en question, mais cette façon de procéder est rarement recommandée d’un point de vue fiscal.)

La plupart des titulaires de REER choisissent de transférer les fonds détenus dans un REER à un FERR, et ce transfert peut être effectué sans payer d’impôt. De plus, le rendement d’investissement des fonds transférés au FERR peut continuer à s’accumuler à l’abri de l’impôt. Toutefois, le titulaire d’un FERR doit retirer un montant minimum chaque année (en fonction de son âge et du montant détenu dans le FERR au début de l’année), et ce montant retiré est imposé comme un revenu.

Lorsque le titulaire d’un REER choisit d’acheter une rente, il verse un montant forfaitaire déterminé à l’émetteur de la rente, généralement une compagnie d’assurance, et en échange, on lui garantit un revenu annuel d’un montant déterminé pour le reste de sa vie. Ce revenu est également imposable pour le titulaire de la rente.

Bien que les options disponibles (FERR et rente) présentent des avantages et des inconvénients, la principale considération sous-jacente est la même pour les deux, c’est-à-dire, générer un revenu suffisant pour jouir d’une retraite confortable, tout en s’assurant que l’épargne accumulée durera jusqu’à la fin de la vie. En d’autres mots, comment peut-on échapper à la perspective plutôt lugubre d’épuiser ses économies ou de trop dépenser au début de la retraite et de se retrouver avec un revenu insuffisant pour faire face à ses dépenses plus tard dans la vie? Bien entendu, il n’est pas possible de répondre de manière définitive à cette question puisqu’aucun d’entre nous ne sait ce que l’avenir nous réserve, tant sur le plan de la santé que de la longévité.

Généralement, les dépenses sont plus élevées au début de la retraite, alors que les retraités sont probablement en meilleure santé et plus actifs et que les plans de retraite peuvent inclure des voyages et d’autres loisirs et champs d’intérêt. Toutefois, si de telles activités et les coûts associés diminuent vraisemblablement à mesure que les retraités vieillissent, d’autres types de dépenses entrent en jeu – notamment les dépenses liées aux frais médicaux, aux services ménagers et personnels et, finalement, aux soins personnels et/ou médicaux dispensés dans une résidence. La perspective de ces coûts à venir peut dissuader les retraités de dépenser l’épargne accumulée (ou le revenu de la rente), de peur que ces fonds soient nécessaires pour payer lesdits soins plus tard.

Pour les retraités, les inquiétudes liées au fait d’atteindre un âge où un certain niveau de soins est attendu (soins qui devront être payés) sont tout à fait réelles. Selon les chiffres de Statistique Canada, le Canadien moyen qui a atteint l’âge de 75 ans a une espérance de vie de 12 ans additionnels. Et comme ce chiffre représente une moyenne, un nombre important de personnes de 75 ans peuvent s’attendre à vivre plus longtemps que cela. Toujours selon les chiffres de Statistique Canada, il y avait, en 2021, plus de 860 000 Canadiens âgés de 85 ans ou plus.

En tenant compte de toutes ces réalités démographiques et financières, le gouvernement fédéral a annoncé, en 2019, la disponibilité d’un nouveau type de rente : la rente viagère différée à un âge avancé. Comme pour toutes les rentes, l’émetteur de la rente accepte, en échange de la réception d’un montant forfaitaire déterminé, de verser au rentier un revenu annuel d’un montant déterminé. Toutefois, la différence réside dans le fait que la rente viagère différée à un âge avancé peut être retirée à tout moment et que les paiements qui en découlent peuvent être reportés jusqu’à la fin de l’année au cours de laquelle le rentier atteint 85 ans.

Par exemple, un retraité qui aura 71 ans en 2022 et qui a accumulé 500 000 $ en épargnes de retraite pourrait transférer 400 000 $ de son REER à un FERR, puis utiliser les 100 000 $ restants pour acheter une rente viagère différée à un âge avancé, dont les paiements commenceraient à l’âge de 85 ans. Le retraité est ainsi rassuré de savoir que les 400 000 $ détenus dans le FERR (plus tout montant supplémentaire provenant du rendement des investissements) n’ont pas à durer pendant le nombre inconnu d’années qu’il lui reste à vivre, mais plutôt pendant une période déterminée (dans le cas présent, 14 ans), après quoi les revenus provenant de la rente commenceront à être versés et viendront bonifier ou remplacer les revenus du FERR.

Un plafond est fixé pour le montant qui peut être utilisé pour acheter une rente viagère différée à un âge avancé. Ce plafond est de 25 % du montant détenu dans le REER ou dans le FERR d’un particulier, jusqu’à un maximum à vie de 160 000 $ (pour 2022). Dans l’exemple ci-dessus, le retraité qui a accumulé 500 000 $ d’épargne dans un REER utiliserait 20 % de ce montant (ou 100 000 $) pour acheter la rente et serait ainsi en deçà du plafond viager de 160 000 $.

Bien que la sécurité que procure une telle structure de revenu de retraite soit assurément appréciée par la plupart des retraités, les paiements différés d’une rente posent un souci évident : la possibilité que le rentier ne vive pas assez longtemps pour recevoir ces paiements et que les fonds dépensés pour acheter la rente viagère différée à un âge avancé soient réellement gaspillés. Il existe deux options pour répondre à cette préoccupation (légitime). Tout d’abord, une rente viagère différée à un âge avancé peut être structurée comme un contrat « réversible », en vertu duquel les paiements seront versés au rentier survivant (le plus souvent, le conjoint de l’acheteur de la rente) pour le reste de sa vie. Il est également possible de structurer la rente pour prévoir le versement d’un capital-décès à un ou à plusieurs bénéficiaires (par exemple, les enfants du rentier) au décès du rentier.

La certitude d’avoir un revenu pour ses vieux jours est un avantage majeur en lien avec l’achat d’une rente viagère différée à un âge avancé. Cependant, il y a un autre avantage : le report de revenus et d’impôts.

Comme nous l’avons indiqué ci-dessus, les particuliers qui détiennent des économies dans un REER doivent fermer ce REER avant la fin de l’année où ils atteignent 71 ans et, dans la plupart des cas, ces particuliers ouvrent un FERR et transfèrent les fonds détenus dans le REER à ce FERR. Une fois que les fonds sont détenus dans un FERR, un pourcentage déterminé de ces fonds doit être versé chaque année au titulaire du FERR. Tous ces retraits constituent un revenu imposable pour le titulaire du FERR et comptent comme un revenu qui détermine son admissibilité à certaines prestations et à certains crédits d’impôt, comme le crédit en raison de l’âge, les prestations de la Sécurité de la vieillesse et le crédit d’impôt pour la TPS/TVH. Même si le titulaire du FERR n’a pas réellement besoin du montant total qui doit être retiré, il est impossible de retirer un montant inférieur et tous les fonds retirés sont traités comme un revenu imposable qui détermine l’admissibilité aux crédits d’impôt et aux prestations, et ce, sans exception.

Lorsque le titulaire d’un FERR achète une rente viagère différée à un âge avancé, le montant utilisé pour l’achat n’est plus compris dans le solde total à partir duquel le pourcentage de retrait obligatoire du FERR est calculé. Dans l’exemple ci-dessus, si le détenteur du FERR a utilisé 100 000 $ de son épargne-retraite pour acheter la rente viagère différée à un âge avancé, le montant du retrait annuel du FERR sera calculé comme un pourcentage des 400 000 $ restants et non des 500 000 $ détenus dans le FERR avant l’achat de la rente. Le revenu du titulaire du FERR et l’impôt à payer seront donc moins élevés, et la perte de l’admissibilité partielle ou totale aux crédits d’impôt et aux prestations sera moins probable.

Comme pour la plupart des rentes, les conditions d’une rente viagère différée à un âge avancé (montant de l’achat, rente simple ou rente conjointe réversible, existence d’un capital-décès, âge du début du versement du revenu) sont laissées à la discrétion de l’acheteur et de l’émetteur de la rente, pour autant que les règles fiscales de base régissant ces régimes soient respectées. Les circonstances financières, médicales et fiscales de chacun sont différentes et, comme c’est le cas pour tout régime de revenu de retraite, ces circonstances particulières détermineront les décisions à prendre quant à la meilleure structure de revenu de retraite pour le particulier en question. L’achat d’une rente viagère différée à un âge avancé peut être la bonne solution pour certains retraités, mais pas pour d’autres – cependant, le fait que cette option soit offerte à tous permet de planifier le revenu de retraite avec plus de souplesse.

De plus amples renseignements sur les rentes viagères différées à un âge avancé sont disponibles sur le site Internet du gouvernement fédéral en cliquant sur le lien suivant : Rentes viagères différées à un âge avancé (budget.gc.ca).